ZANIN, Enrica

Présentation / Presentation

Enrica Zanin est maîtresse de conférence en littérature comparée à l’université de Strasbourg depuis 2011. Ses recherches portent sur le théâtre européen de la première modernité, et en particulier sur le renversement de fortune et la fin tragique (voir Fins tragiques, Droz, 2014), et sur la théorie du théâtre (voir Le Théâtre au miroir des langues, Droz, 2019). Ses projets actuels concernent les enjeux éthiques dans le récit bref (projet IUF : « Le plaisir du sens. L’exemplarité dans les recueils de nouvelles de la première modernité »).

À propos du hasard / About chance (publications)

dans ALEA / in ALEA

  • Colloque 2021, Strasbourg : « La fragilité du bonheur : configurations du hasard dans le récit »

perspectives sur le hasard / on chance

L’action du sujet rencontre le « hasard » chaque fois que le projet qu’il entendait mener se heurte à un obstacle imprévu qui rend l’action inefficace ou implique un changement de trajectoire. Si, d’un côté, la philosophie de l’action, la phénoménologie, l’éthique cherchent à expliquer la nature de cet « obstacle » qui affecte l’action du sujet, de l’autre côté, la fiction met en récit la rencontre entre les aspirations du sujet, le déroulement de son action et l’imprévu du hasard. Cette mise en récit n’implique pas d’explication univoque, mais propose au lecteur différentes pistes pour penser le hasard. D’abord, le récit propose des cas, qui configurent différemment les enjeux éthiques (l’aspiration du personnage au bonheur) et pragmatiques du hasard. Ensuite, le récit décrit différentes stratégies pour réagir au hasard, qu’il s’agisse, par exemple, de l’errance (dans le roman picaresque), du contrôle (dans la tragédie), de l’ajustement constant (dans la comédie) et crée des univers où le hasard a plus ou moins de prégnance. Enfin, le récit transforme le hasard en stratégie efficace de narration : la péripétie, la reconnaissance, la surprise et le pathos, qui sont au cœur du plaisir du récit, reposent sur la manipulation du hasard à plusieurs niveaux : dans la construction du récit (la tension narrative), dans le rapport entre le lecteur et l’œuvre (les stratégies de réception), dans le rapport entre narrataire et narration (le contrôle qu’exerce le narrataire sur la fiction). La mise en récit du hasard permet ainsi de réunir dans des configurations inédites les conceptions du hasard proposées par la philosophie de l’action, l’éthique et la phénoménologie et invitent le lecteur à transformer le récit en expérience, c’est-à-dire à confronter hasard raconté et hasard vécu pour réajuster ses aspirations et son action.