VIAUD, Alicia

  • Université de Montréal
  • Littérature et civilisation françaises

Présentation / Presentation

Alicia Viaud est professeure adjointe au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les formes d’écriture de l’histoire dans la seconde moitié du XVIe siècle. Elle s’intéresse également aux représentations textuelles de la fortune, du hasard et des rapports au temps. Elle est par ailleurs présidente de l’association Cornucopia.

À propos du hasard / About chance (publications)

  • À hauteur humaine. La fortune dans l’écriture de l’histoire (1560-1600), Genève, Droz, 2021

perspectives sur le hasard / on chance

Dans les dernières décennies du XVIe siècle, s’épanouit une histoire « à hauteur humaine », du fait de son objet et du fait des limites qu’elle se donne à elle-même. Ma thèse de doctorat cherche à montrer que les usages de la fortune contribuent au développement de cette pratique d’écriture qui se veut séculière et manifeste un intérêt pour les réalités humaines, mais dans laquelle la volonté divine est nettement prise en considération. Un prologue permet de définir la fortune comme un lieu commun et comme un objet polémique dans le contexte d’une crise politique et religieuse. L’étude s’attache ensuite à un corpus d’ouvrages d’histoire (Le Roy, La Popelinière, Belleforest…) et de Mémoires (Marguerite de Valois, Henri de Mesmes, Monluc…), rédigés ou publiés entre 1560 et 1600. Elle montre comment les usages du terme fortune permettent de penser l’adversité, de concevoir l’action et de s’approprier le passé. Elle s’intéresse à la manière dont est élaborée la structure du récit, dont est construite une stratégie argumentative qui permet la valorisation d’une identité nobiliaire ou d’un parcours politique et militaire, et dont sont conférées aux faits passés une portée édifiante ou une valeur pratique. La fortune ne constitue pas un moteur de l’histoire comme somme d’événements, mais peut être un outil de l’écriture de l’histoire qui permet de désigner et de penser les rapports de l’homme à ce qui lui est extérieur (l’action d’autrui, les circonstances), ce qui lui échappe (l’action divine, l’action royale) mais aussi à ses propres failles et à ses propres capacités.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search