SCHWEITZER, Zoé

Présentation / Presentation

Zoé Schweitzer est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université de Saint-Étienne / Université de Lyon. Elle travaille sur le théâtre tragique et s’intéresse en particulier à la représentation de la violence, historique ou mythologique, en tant qu’elle soulève des questions de crédibilité pour des raisons éthiques et esthétiques.

À propos du hasard / About chance (publications)

  • « Une approche des rapports entre réel et fiction dans quelques anecdotes sur les acteurs », dans La Théorie subreptice : Usages de l’anecdote dans la théorie théâtrale de la Renaissance aux Lumières, éd. F. Lecercle, S. Marchand, Z. Schweitzer, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2012, p. 165-176
  • « La Philanire de Roillet (1556, 1563), une école de l’éthique ? », dans La Tragédie Sainte en France (1550-1610). Problématiques d’un genre, éd. M. Mastroianni, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 345-359
  • « Le fait divers sanglant sur la scène tragique : rendre le hasard vraisemblable ? », Études Épistémè, éd. G. Hautcoeur et A. Teulade, 2020 [à paraître]

dans ALEA / in ALEA

  • Co-responsable, avec Guiomar Hautcoeur et Anne Teulade, du chapitre consacré au XVIIe siècle dans Figures of Chance, I
  • Co-organisation des manifestations liées à ce chapitre (réunions des 19 décembre 2019 et 28 février 2020)

perspectives sur le hasard / on chance

La question du hasard dans le théâtre tragique du XVIIe siècle auquel je m’intéresse pourrait sembler sinon incongrue, du moins surprenante tant ce genre à cette époque paraît peu propice à lui accorder une place en raison de l’exigence de vraisemblance qui le régit : la nécessité de garantir l’illusion, le souci de la crédibilité des faits et des caractères, sans même évoquer le principe de liaison des scènes du théâtre classique français, justifie que rien ne se produise qui paraisse fortuit, tout est motivé – au niveau intra ou extradiégétique afin de garantir l’illusion dramatique auprès des spectateurs. Cette approche se révèle d’emblée simpliste pour trois raisons. D’une part, l’homogénéisation classique ne doit pas effacer la diversité des œuvres, a fortiori à une époque ou dans des pays dont le paradigme tragique n’est pas aristotélicien ou horatien. D’autre part, la proclamation de l’exigence de vraisemblance n’empêche pas le foisonnement des accidents et autres événements inattendus qui permettent d’interroger la différence entre l’imprévu et l’imprévisible. Enfin, la recherche de l’efficacité tragique n’est pas incompatible, loin s’en faut, avec la surprise et l’inattendu, tant du point de vue de la composition de l’intrigue et des caractères que des motifs tragiques. Il me semble que l’on peut faire l’hypothèse que le hasard est à la fois exclu en tant principe de composition poétique et apparaît dans les œuvres en raison de la recherche du pathos qui anime les dramaturges. Dépourvue d’intentionnalité théorique et dégagée des contraintes de l’imitation des conceptions contemporaines du hasard, la représentation tragique du hasard permet de saisir au plus près les enjeux d’une notion complexe dont l’émergence et la définition supposent la remise en cause des paradigmes de pensée dominants jusqu’alors.