REGGIANI, Christelle

Présentation / Presentation

Christelle Reggiani est professeure de stylistique française à la faculté des lettres de Sorbonne Université. Elle a notamment publié : Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo, Saint-Pierre-du-Mont, Éditions InterUniversitaires, 1999  ; rééd. Eurédit, 2013 ; Éloquence du roman. Rhétorique, littérature et politique aux XIXe et XXe siècles, Genève, Droz, 2008 ; L’Éternel et l’Éphémère. Temporalités dans l’œuvre de Georges Perec, Amsterdam-New York, Rodopi, 2010 ; Poétiques oulipiennes. La contrainte, le style, l’histoire, Genève, Droz, 2014. Elle a également dirigé l’édition des Œuvres de Georges Perec dans la « Bibliothèque de la Pléiade » des éditions Gallimard (2017).

À propos du hasard / About chance (publications)

  • Christelle Reggiani, Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo, Saint-Pierre-du-Mont, Éditions InterUniversitaires, 1999 ; rééd. Eurédit, 2013
  • Christelle Reggiani, Poétiques oulipiennes. La contrainte, le style, l’histoire, Genève, Droz, 2014

perspectives sur le hasard / on chance

Mon intérêt pour la question du hasard tient à la position paradoxale des auteurs de l’Oulipo à cet égard : se définissant d’emblée par une hostilité envers une notion associée à l’esthétique surréaliste – contre l’écriture automatique, les Oulipiens se veulent (ou du moins se disent) « anti-hasard » –, les écrivains membres de l’Ouvroir ont cependant élaboré l’idée d’un « hasard programmé », que sa dénomination de clinamen rattache, via Alfred Jarry et le Collège de Pataphysique, à l’héritage des atomistes antiques (le terme latin, qui traduit le grec parenklisis, est emprunté au De natura rerum de Lucrèce). De façon générale, les pratiques oulipiennes de l’écriture ressortissent à un régime rhétorique du littéraire – au sens antique de ce mot de rhétorique (que rejoint du reste le « régime représentatif » défini par Jacques Rancière) ; dans ce cadre, le hasard constitue l’autre de la règle – redénommée contrainte par l’Oulipo –, et ne semble d’abord devoir entretenir avec elle nulle relation dialectique, pour une raison qui tient au fond à l’histoire de la littérature (et plus précisément à celle des sociabilités littéraires)… [Lire la suite]

My interest in chance is related to Oulipo authors’ paradoxical position regarding this question. Although Oulipians define themselves from the outset through a hostile position towards a notion associated with surrealist aesthetics – they want to be anti-chance, against automatic writing –, they nonetheless developed the idea of​ programmed chance with the term clinamen, a term that connects them, via Alfred Jarry and the College of Pataphysics, to the heritage of the ancient atomists (this Latin term, which translates the Greek parenklisis, is taken from Lucretius’s De natura rerum). In general, Oulipian writing practices fall under a rhetorical regime of the literary – in the ancient Greek sense of the word rhetoric (which is in agreement, moreover, with the “representative regime” as defined by Jacques Rancière); in this context, chance constitutes the other of the rule – renamed as constraint by Oulipo – and does not seem at first to require any dialectical relation with it, for a reason that is fundamentally related to the history of literature (and more precisely to that of literary sociability)… [Read more]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search