PIER, John

Présentation / Presentation

John Pier est professeur d’anglais émérite à l’université de Tours, où il a enseigné les littératures anglophones des XIXe et XXe siècles. Membre statutaire du CRAL (CNRS), il co-dirige au sein de ce centre le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » depuis 2003. Ses travaux portent sur une approche transdisciplinaire de la théorie du récit, s’appuyant sur la sémiotique, la théorie de la complexité, l’intertextualité, l’intermédialité et l’analyse du discours ainsi que sur la narratologie dans ses différentes déclinaisons théoriques et nationales. Co-rédacteur de la collection Narratologia chez De Gruyter, il est aussi co-fondateur (en 2009) de l’European Narratology Network (ENN), dont il fut président de 2013 à 2015. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques et chapitres de livre et directeur ou co-directeur de plus de quinze ouvrages collectifs, dont The Dynamics of Narrative Form (2004), Métalepses. Entorses au pacte de la représentation (2005), Théorie du récit. L’apport de la recherche allemande (2005), Theorizing Narrativity (2008), Narratologies contemporaines (2010), Handbook of Narratology (2e éd. 2014), Emerging Vectors of Narratology (2017), Jan Mukařovský : Écrits 1928-1946 (2018), Le formalisme russe cent ans après (2018) et Contemporary French and Francophone Narratology (à paraître).

À propos du hasard / About chance (publications)

  • « Complexity: A Paradigm for Narrative? » in The Emerging Vectors of Narratology, P. K. Hansen, J. Pier, Ph. Roussin, W. Schmid (éd.), Berlin/Boston, De Gruyter, 2017, p. 533-565
  • « Instabilités narratives », in Cahiers de Narratologie 35 (2019) : https://journals.openedition.org/narratologie/9183
  • « Monde narratif et sémiosphère », in Communications 103 (2018), « Le formalisme cent ans après », C. Depretto, J. Pier, Ph. Roussin (éd.), p. 265-286

dans ALEA / in ALEA

perspectives sur le hasard / on chance

La complexité habite le monde et informe l’homo sapiens. Les sciences de la complexité, nées des mathématiques et des sciences au XIXe siècle, ont connu une expansion fulgurante depuis le milieu du siècle dernier, nourries d’une suite d’évolutions dans la cybernétique, les sciences de l’information, la théorie des systèmes, les sciences du vivant, la thermodynamique, mais aussi dans les sciences sociales, les sciences cognitives et, plus récemment, les domaines culturels. Les sciences de la complexité ne représentent pas une discipline en soi, mais plutôt une fédération ad hoc de problématiques définies selon le champ d’application. Les phénomènes complexes, qui résistent à la réduction à des unités de plus en plus petites, sont caractérisés notamment par l’interdépendance et l’interaction non-linéaire de leurs éléments, des structures qui existent à plusieurs niveaux, le jeu entre le chaos et l’ordre, les bifurcations, l’émergence, l’auto-organisation, le manque de contrôle centralisé… [Lire la suite]

Complexity inhabits the world and informs homo sapiens. The complexity sciences, born out of mathematics and science during the nineteenth century, have expanded considerably since the middle of the last century in the wake of developments in cybernetics, the information sciences, systems theory, the life sciences and thermodynamics, but also in the social sciences, the cognitive sciences and, more recently, the cultural domains. The complexity sciences are not a discipline in their own right but rather an ad hoc federation of sciences defined according to the field of application. Complex phenomena, which resist any reduction to smaller and smaller units, are characterized, inter alia, by interdependence and nonlinear interaction of their elements, structures at multiple levels, play between chaos and order, bifurcations, emergence, self-organization, lack of centralized control… [Read more]