PICHEROT, Émilie

Présentation / Presentation

Actuellement maître de conférences en littérature comparée, Émilie Picherot est l’auteur d’une thèse soutenue en 2009 parue aux Classiques Garnier sur l’hispanité des musulmans d’Espagne dans les littératures arabe, espagnole et française (Les Musulmans d’Espagne). Elle est co-fondatrice du groupe Littérature Générale et Comparée – Mondes Arabes qui s’intéresse à des corpus comparatistes incluant des œuvres arabes (https://lgcma.hypotheses.org/) et a publié de nombreux articles sur l’hispanité des musulmans d’Espagne, la littérature des Morisques en lien avec la représentation de l’islam et de l’arabité. Elle travaille actuellement sur la diffusion de l’arabe et des connaissances sur l’islam en France et en Espagne dans la première moitié du XVIe siècle, notamment grâce aux travaux de Guillaume Postel, Pedro de Alcala ou Nicolas Clénard.

Perspectives sur le hasard / on chance

Je pense pouvoir étudier la représentation du mektoub dans les romances espagnols et dans les romans français du XVIIe qui s’en inspirent ou s’inspirent de sources espagnoles pour traiter des personnages musulmans. Le mektoub (« ce qui est écrit ») est  ressenti comme la marque topique de la religion musulmane (plus encore peut-être, mais cela reste à confirmer, que les interdits alimentaires, le ramadan…) sans doute parce qu’il permet de construire des personnages qui ont une lecture spécifique de leur destin romanesque. Ce « fatalisme musulman » (mais le syntagme renvoie plus au XVIIIe) s’appuie sur des sources littéraires où il est déjà mis en forme (principalement en espagnol) mais aussi sur des descriptions de voyageurs du siècle précédent (Pierre Belon du Mans, Guillaume Postel ou le belge Nicolas Clénard) qui l’ont bien décrit.