LACOMBE, Élisabeth

Présentation / Presentation

Elisabeth Lacombe est agrégée de Lettres Modernes. Doctorante en Littératures Comparées à l’Université Picardie-Jules Verne sous la direction d’Anne Duprat, son sujet de thèse porte sur la représentation des sorcier(e)s et magicien(ne)s dans le théâtre anglais, français, et espagnol entre 1500 et 1700.

Dans ALEA / In ALEA

  • Participation à la rédaction du Chapitre XVIIe siècle de Figures du Hasard, Vol 1.

perspectives sur le hasard / on chance

La magie et ses représentations dans le théâtre et plus globalement la littérature tant poétique que théorique du XVIIe siècle peuvent sembler de prime abord entrer en contradiction avec le hasard : en effet, le principe même de la magie, le fonctionnement d’un rituel avec ses gestes, paroles et ingrédients prescrits, cherche à supprimer le hasard pour imposer un résultat prédéfini, et indéfiniment reconductible. De plus, toute une série de pratiques de divination associées à la magie, dont au premier chef l’astrologie, impliquent un monde où le hasard n’existe pas, et où tout depuis le caractère des hommes jusqu’aux événements peut être calculé et prédit par le mouvement des astres, des lignes dans la paume de la main, etc. Pour autant les représentations littéraires des magiciens, sorcières et astrologues réintroduisent l’imprévu : si la magie remplace parfois la providence dans l’interprétation des événements par les autres personnages d’une pièce, le magicien lui-même peut être soumis à des événements ou émotions imprévisibles. D’autre part, le topos du faux astrologue ou devin dont l’imposture est révélée par chance ou par l’ingénuité d’un autre personnage, topos qui se multiplie dans le théâtre de la fin du XVIIe, montre bien l’émergence du concept de hasard comme nouveau paradigme dominant et la critique implicite du paradigme précédent. On peut enfin interpréter l’utilisation du magicien en tant que figure du dramaturge intradiégétique (on pense à Prospero) comme un moyen de souligner l’artificialité de la causalité comme outil de composition dramaturgique.

Magic and its representations in theater, and more generally in the poetic and theoretical literature of the 17th century, may seem at first glance to contradict chance. Indeed, the very principle of magic, as a ritual with its gestures, words and prescribed ingredients, tries to eliminate chance in order to impose a predefined and indefinitely renewable result. In addition, a whole series of divinatory practices associated with magic, especially astrology, involve a world where chance does not exist, and where everything from men’s character to events can be calculated and predicted according to the movement of the stars, lines in the palm of the hand, etc. However, the literary representations of magicians, witches and astrologers reintroduce the unexpected. While magic sometimes takes the place of providence in the interpretation of events by other characters in a play, the magician himself may be subjected to events or unpredictable emotions. On the other hand, the trope of the false astrologer or soothsayer whose imposture is revealed by luck or by the ingenuity of another character, a trope that proliferates in the theater of the end of the 17th century, shows the emergence of the concept of chance as a new dominant paradigm, carrying with it an implicit criticism of the previous paradigm. Lastly, we can interpret the use of the magician as a figure of the intradiegetic playwright (for example, Prospero) as a means of emphasizing the artificiality of causality as a tool for dramaturgical composition.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search