GUERRIER, Olivier

Présentation / Presentation

Olivier Guerrier est professeur de littérature française à l’Université Toulouse II Jean Jaurès, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, ancien président de la Société Internationale des Amis de Montaigne. Il est spécialiste de l’humanisme, des rapports entre « littérature » et savoirs à la Renaissance, de Montaigne, Rabelais et La Boétie en particulier, des relations entre France et Italie dans la période, de la réception moderne de Plutarque, ainsi que de la pensée de M. Foucault, et notamment de la question de la vérité et de ses « régimes ».

À propos du hasard / About chance (publications)

  • Rencontre et reconnaissance – Les Essais ou le jeu du hasard et de la vérité, Paris, Classiques Garnier, 2016, coll. « Études montaignistes » n° 64
  • « ‘Rencontres’, de mots et de pensées, de Montaigne à Richelet », L’Ombre du souvenir – Littérature et réminiscence (du Moyen Age au XXIe siècle, J.-Y. Laurichesse (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 35-52
  • « ‘La plume au vent’ – L’errance réfléchie », BSIAM, n° 55, Paris, Classiques Garnier, 2012-1, p. 91-104
  • « Apophtegme et ‘rencontre’ », Usages et enjeux de l’Apophtegme (XVIe-XVIIIe siècles), Littératures classiques, n° 84, 2014, p. 131-142 (voir aussi : https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/rencontre_et_apophtegme_olivier_guerrier.10996)
  • « Hasard et Littérature dans les Essais et au XVIe siècle : de la ‘rencontre’ », actes du colloque Caso e letteratura, mai 2017, Université de Bari, Revue Italienne d’Études Françaises, 8.2018 : https://journals.openedition.org/rief/2086
  • « La rhétorique comme ‘rencontre’ », Actes du colloque de Paris Montaigne, Une rhétorique naturalisée ? (20-21 avril 2017), B. Perona, P. Desan, F. Goyet et D. Knop (éds), Paris, Champion, 2019, p. 105-116 (à paraître)
  • « Des ‘rencontres’ salaces dans la littérature de banquet de la Renaissance », Chair et bonne chère à la Renaissance, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier et Éditions du Buisson
  • « Fantaisie et Fortune chez Bruno et Montaigne », Montaigne et Bruno, R. Carbone et S. Ansaldi (éds), Paris, Classiques Garnier
  • « ‘Un sort artiste’ ? Le cas des Essais de Montaigne », La Beauté du Cas : l’inattendu, l’irrégulier et son interprétation à la Renaissance et au-delà, journée d’étude organisée par F. Buttay, Académie des Sciences, Belles lettres et Arts de Bordeaux, mai 2016, à paraître dans la revue Essais, École doctorale Bordeaux-Montaigne
  • « Raison et Fortune, de Machiavel à Montaigne », Ratio si dice in molti modi : ragione, razionalità e razionalizzazione tra età moderna e contemporanea, Naples, FedOAPress, 2020

dans ALEA / in ALEA

perspectives sur le hasard / on chance

Dans la perspective tracée par le livre Rencontre et reconnaissance (voir ci-dessus), il s’agit de poursuivre le questionnement, à la Renaissance de façon privilégiée, sur les scènes, dispositifs et paroles de « rencontre », en tant que « perceptions épaisses » du surgissement de l’imprémédité véhiculées par les textes « littéraires », avec les enjeux intellectuels qu’ils induisent.

Le chapitre « Du repentir » des Essais de Montaigne oppose les « fantaisies » conduites dans l’œuvre montaignienne à celles des musiciens du temps, pièces musicales d’allure composite qui permettent à l’artiste de déroger au cadre habituel lui imposant ou la progression harmonique ou un enchaînement thématique pré-établi. Dans le prolongement des quelques développements d’un ouvrage précédent, et pour en annoncer un autre à paraître, nous aimerions montrer ici ce que peut-être Montaigne doit à Amyot et à ses écarts avec le texte grec des Moralia de Plutarque qu’il traduit, lesquels écarts peuvent expliquer cette alliance entre « fantaisie » et « sort » (qui se substitue à « fortune » sur l’Exemplaire de Bordeaux, ici), dans le domaine de la production « littéraire ». Faculté et produit, plus tard concurrencée par le latin impérial imaginatio, la fαντασία, mot savant formé sur la même racine que φάος, φῶς, la lumière, et que φαίνομαι, apparaître, possède dès l’origine divers lieux d’application. Enrôlée par la philosophie, elle concerne aussi l’éloquence chez Aristote (Rhétorique, iii, 1, 1404a), le pouvoir des représentations véhiculées par le discours. Dans le Traité du sublime de Longin (xv), les phantasiaï contribuent ainsi à l’efficacité du propos et occasionnent un transport, de l’orateur ou du poète, dû à l’effet de présence qu’elles entraînent. Dans le sillage d’Homère et de Platon, pour Plutarque maintenant, quand l’homme est échauffé par le divin, ce qui est mis en mouvement en lui est précisément sa fantasiva, soit sa faculté de laisser apparaître les images que lui insuffle le divin, ou plutôt, au pluriel, ces images en question. Et Quintilien écrira quant à lui dans l’Institution oratoire : « … Quas φαντασίαϛ Graeci uocant (nos sane uisiones appellemus) per quas imagines rerum absentium ita repraesentantur animo ut eas cernere oculis ac praesentes habere uideamur… » [Lire la suite]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search