GEFEN, Alexandre

  • UMR THALIM, « Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité », CNRS-Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle-ENS
  • Théorie littéraire, littérature contemporaine
  • Page institutionnelle / Institutional webpage : https://cv.archives-ouvertes.fr/alexandre-gefen

Présentation / Presentation

Alexandre Gefen est l’auteur de :

  • Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014
  • Art et émotions, Armand Colin, 2015
  • Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015
  • Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017

perspectives sur le hasard / on chance

Quelques pistes en trois entrées, des formes les plus fortes à la simple thématisation :

  1. Hasard et narration : le hasard comme processus créatif, la performance du hasard dans des poétiques spécifiques : dans la tradition oulipienne ou dans celle de dispositifs contemporain, création de machines textuelles à faire intervenir le hasard dans le récit. Entreprises renouvelées par l’intervention de communautés numériques et l’art relationnel et participatif. Autre nouvel horizon : les agentivités non humaines, l’écriture post-créative des intelligences artificielles. Roubaud, néo-oulipiens, romans numériques expérimentaux, dispositif à la frontière de l’art moderne, littérature conceptuelle.
  1. Hasard et complexité : hasard comme forme rêvée par le récit : poétique de la complexité effet de hasard comme effet de la narration complexe ; figuration du hasard comme projet cognitif ; hasard comme condition de l’homme moderne ; sensibilité à la globalisation, aux interactions innombrables permises par le numérique, aux fractures et feuilletages temporels : romans mondes, romans choraux, romans sommes illustrant le croisement des représentations et des consciences, l’enchevêtrement de déterminismes trop complexes pour être saisis et tentant restituer l’ivresse d’un monde multi-dimensionnel. Rolin, Mauvignier, Bon, Kérangal, Enard.
  1. Hasard et romanesque : hasard comme thème, la mise en scène de l’aléa, du hasard, de l’accident, de l’incertitude ; contre le storytelling, contre les mécanismes d’exposition et l’hyper-rationalisme, exhibition d’une appétence pour la sérendipité, la poésie des rencontres, l’errance des enquêtes, le pouvoir suggestif de l’étrangeté des phénomènes  ; dans la tradition de Nadja, réinvestissement de l’aura, du kairos, des correspondances, de la psychologie des profondeurs. Carrère, Modiano, Blonde, etc. Mais aussi tragique : les attentats ou autres formes de négativité : Le Chat de Schrödinger de Philippe Forest.