DUPRAT, Anne

Présentation / Presentation

Anne Duprat est professeure de Littérature Comparée à l’Université de Picardie Jules Verne, essayiste et traductrice. Elle est directrice du CERCLL (EA4283) et membre Senior de l’IUF. Spécialiste de théorie de la fiction et des littératures européennes des XVIe et XVIIe siècles, elle est notamment l’auteur de Vraisemblances. Poétiques de la fiction en France et en Italie (Champion, 2009), et de Récits d’Orient en Occident (dir., avec É. Picherot, Paris, P.UP.S., 2008), Fiction et cultures (dir., avec F. Lavocat, Paris, 2010), Histoires et savoirs. Anecdotes scientifiques aux XVIe et XVIIe siècles (dir., avec F. Aït-Touati, Peter Lang, 2012) et Romanesques noirs 1750-1850 (dir., avec L. Ruiz et M. Hersant, Garnier, 2019).

À propos du hasard / About chance (publications)

  • « The Scratched Pier-Glass: Chance and Literary Exemplarity / Le miroir rayé. Hasard et exemplarité littéraire », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur 127, 2017/1–2, p. 45–58
  • « L’œuvre, la peur et le temps. Pour une saisie du risque par la littérature / Art, Fear and Time » in K. Kaukiainen & al. (eds.), Fear and Safety: Affective Spaces in European Literature, Arts and Cinema, Tampere University Press [forthcoming]
  • « Jeux de la ruse et du hasard : l’illusion en question dans le théâtre comique de Cervantès (1615) », Revue « Comparatismes en Sorbonne » n° 3, 2012
  • « Mondes décrits / mondes prescrits — Sur la normativité des fictions littéraires », S. Rahman et J. Sievers (dir.), La non-existence dans le domaine normatif : Les normes comme fictions, Cahiers de Logique et d’Épistémologie, College Publications, vol. 11, nov. 2011, p. 45-63.
  • Contre la bonne et la mauvaise fortune, Pétrarque (1366), choix de textes, traduction, présentation et notes, Paris, Payot-Rivages, 2001, 272 p.

dans ALEA / in ALEA

  • Dir. PRC-ANR ALEA
  • Ed. Figures of Chance I & II

perspectives sur le hasard / on chance

« Le hasard littéraire, c’est-à-dire le hasard dans la littérature n’est pas identique à celui du quotidien, que cette dernière dégage de sa particularité pour le transformer en généralité, en loi. » Cette intuition, développée par E. Kohler dès 1973 est au départ du projet. Nombre de poètes et de penseurs du hasard littéraire, à la suite de Valéry et des surréalistes, ont interrogé la dimension spécifiquement esthétique des nouvelles conceptions de la contingence induites au long du XXe siècle, notamment par la physique quantique et par la théorie du chaos, reconnaissant là les fils d’une réflexion entamée depuis le stoïcisme et l’épicurisme antiques sur la structure générale de la causalité, sur la place de la possibilité dans le jeu dialectique entre hasard et nécessité, ou encore sur la relativité d’un résultat par rapport à la position du sujet qui l’observe… [Lire la suite]

« Literary chance, i.e. chance in literature, is not the same as everyday chance. Literature frees chance of its particularity and makes it into a general thing, into a law. » This idea developed by E. Kohler (1973) is at the core of this project. Many poets and philosophers after Paul Valéry and the Surrealists have investigated the specifically aesthetic dimension of the new conceptions of contingency that came with quantum physics and chaos theory in the 20th century. They also drew on philosophical traditions that go back to ancient Stoicism and Epicurism; a thread of reflection about the general structure of causality, about the role of possibility in the dialectics of chance and necessity, and about the dependence of the results of an observation on the position of the observer… [Read more]

« Qui sait ce qui peut arriver par l’autre bout du village ? » Le mot des Nzakara de Centrafrique, relevé par Clément Rosset dans Le réel et son double (1976), le dit bien : ce qui est surprenant, ce n’est pas ce qui arrive, mais le fait que cela arrive par l’autre bout de notre monde : en l’occurrence, celui qui donne sur le réel. Dans ce qui nous arrive tout est nouveau, et pourtant rien n’est inconnu. L’épidémie est une des formes les plus anciennes de l’événement collectif, et la contagion qui lui permet de se répandre dans une communauté un phénomène biologique si familier aux sociétés, qu’elle sert depuis toujours de métaphore… [Lire la suite]