CHEVALIER, Sophie

Présentation / Presentation

Sophie Chevalier est professeur d’anthropologie sociale et ses domaines d’intérêts sont l’anthropologie économique, en particulier les pratiques économiques du quotidien, la consommation et les loisirs, et l’histoire comparative de l’ethnologie. Elle mène des terrains à Paris et à Durban (Afrique du Sud), après avoir conduit des recherches à Londres et en Bulgarie.

Elle a deux recherches en cours : Les courses de lévriers en France (Ministère de la Culture, Mission au Patrimoine ethnologique) et Les paris hippiques, quelles perspectives ? Approches socio-anthropologiques des parieurs et de leurs pratiques de jeux (2020-2023, Institut Français de l’Equitation et du Cheval).

Parmi ses publications récentes, deux ouvrages : Anthropology at the Crossroads: the View from France, S. Chevalier (ed.), Royal Anthropological Institute, London, Sean Kingston Publishing, (2015) et : S. Chevalier et al., Paris, résidence secondaire, Paris, Belin (2013). Elle co-dirige la revue en ligne www.ethnographiques.org, et elle est membre des comités de rédaction d’Espaces et Sociétés, d’Ethnologie Française et des éditions Ethnologie de la France et des mondes contemporains (Ministère de la Culture/FMSH).

À propos du hasard / About chance (publications)

  • 2018, « Les mondes sociaux des courses hippiques. Configurations humaines et équines à Durban et Dundee (KwaZulu-Natal/Afrique du Sud) », In : Sophie Chevalier et Thierry Wendling (dir) Jouer avec les animaux, ethnographiques.org [En ligne], n°36.
  • 2019, D’un registre à l’autre : de la prégnance du réel, de la force de l’imaginaire, Conférence d’ouverture du 144ème Congrès du CTHS, Marseille, 9-11 mai 2019.

perspectives sur le hasard / on chance

Si la question des paris et jeux d’argent surgit régulièrement dans le débat public, elle se concentre le plus souvent autour des problèmes des addictions. Le jeu excessif occupe ainsi de nombreux chercheurs – psychologues, cognitivistes, psycho-sociologues. Et parfois sur le poids économique très important de ces pratiques ludiques : 48 milliards d’euros ont été misés pour les paris et jeux d’argent en 2018, 200 euros en moyenne par Français. Il ne peut pas être négligé, et toute approche se doit de considérer les opérateurs et la façon dont ils se réorganisent non seulement au niveau national – la privatisation de la Française des Jeux en est un bon exemple, mais aussi leur internationalisation. Car l’offre ludique globale proposée aux joueurs français est rendu possible par ce phénomène ainsi que par la financiarisation accrue de cette industrie. Le développement de celle-ci, son nouveau fonctionnement, devrait conduire à repenser la séparation historique entre jeu d’argent et pari, marché financier et spéculation, objet aujourd’hui de nombreux débats parmi les chercheurs anglo-saxons… [Lire la suite]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search