ALBERTAN-COPPOLA, Sylviane

  • Université de Picardie (CERCLL)
  • Littérature française (XVIIIe s.)

Présentation / Presentation

Ancienne élève de l’ENS de Fontenay-aux-Roses, agrégée et docteur en littérature française, Professeur émérite à l’université d’Amiens et membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, Sylviane Albertan-Coppola est spécialiste du débat qui oppose les Philosophes des Lumières à leurs adversaires (L’abbé Bergier. Des Monts-Jura à Versailles, le parcours d’un apologiste du XVIIIe siècle, Champion, 2010 ; Réponses chrétiennes à la critique des Lumières, coll. « Lire le dix-huitième siècle », 2013). Elle est aussi l’auteur d’études littéraires sur Manon Lescaut (1995) et sur le Supplément au Voyage de Bougainville (2002), ainsi que de nombreux articles sur les romanciers du XVIIIe siècle, qu’elle étudie dans le cadre du CERCLL d’Amiens. Membre du Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages (CRLV), elle s’est spécialement intéressée à l’Histoire générale des voyages de Prévost. Participation au projet ENCCRE d’Édition Numérique, Collaborative et Critique de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

À propos du hasard / About chance (publications)

  • L’abbé N.-S. Bergier (1718-1790). Des Monts-Jura à Versailles, le parcours d’un apologiste du XVIIIe s. (Paris, Champion, 2010)

dans ALEA / in ALEA

  • Dir. PRC-ANR ALEA
  • Ed. Figures of Chance I & II

perspectives sur le hasard / on chance

Le hasard est une notion capitale dans le débat des Lumières dans la mesure où il s’oppose à l’idée de création divine du monde. Spécialiste de l’apologétique catholique du XVIIIe siècle, j’ai été amenée à étudier les arguments employés par les penseurs chrétiens contre les philosophes matérialistes, notamment dans la réfutation de d’Holbach par l’abbé Bergier. Membre de l’équipe de l’Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie (ENCCRE), j’ai aussi abordé la question du hasard à partir de l’article CERTITUDE de l’Encyclopédie, qui a fait polémique. En appliquant à la suite du géomètre Craig le calcul des probabilités à la crédibilité des témoignages, Prades portait atteinte à la preuve du christianisme par les faits. De grands esprits tels que Fréret, Hume, Boureau Deslandes, Diderot et Voltaire intervinrent dans la discussion. C’est sur ce débat que je souhaiterais revenir, à la suite de Carlo Borghero (La Certezza e la Storia. Cartesianesimo, pirronismo e conoscenza storica, Milan, 1983), pour mesurer l’impact de la notion de hasard dans la pensée des Lumières.