À propos / About

La représentation du hasard s’impose à la pensée courante comme sa réalité, qu’elle se donne comme mise en scène, mise en images ou mise en récit de la survenue aléatoire des événements, comme expérience de pensée scénarisée, comme développement complet d’un monde possible ou comme simple projection révélatrice d’un état de choses. Ce sont les figurations du hasard qui nous servent à le comprendre — et donc à prévoir et à projeter.

La création littéraire en particulier, dans sa faculté à scénariser les événements et à les doter d’une logique et d’une signification, apparaît comme l’un des lieux principaux où l’aléatoire est toujours senti et pensé avant de se traduire dans une histoire des comportements et des institutions. Or, la densité et la complexité des représentations littéraires et imagées, ainsi que l’ampleur de leur évolution dans l’histoire culturelle occidentale, du XVIe siècle au XXIe s., explique que celles-ci ne soient que marginalement prises en compte, ou de façon excessivement simplifiée, dans les phénoménologies contemporaines du hasard et de la contingence.

De leur côté, les sciences exactes ont introduit depuis la fin du XIXe siècle de nouvelles conceptions du hasard appuyées sur des expérimentations empiriques (comme les investigations de la matière-énergie et du vide quantiques) ou des constructions mathématiques rigoureuses (comme les formalisations de la statistique ou des théories de l’information et de la computation). Cependant, ces reformulations scientifiques sont inévitablement partielles, ne révélant que des facettes spécifiques mais multiples et potentiellement incompatibles entre elles d’un hasard qu’elles peinent à cerner dans sa polysémie.

En rapprochant ces descriptions scientifiques du hasard des figurations littéraires qui leur sont contemporaines, on peut montrer que, derrière leur apparente netteté, elles sont aussi la source de nouvelles métaphores et de nouveaux récits, animés par une quête de sens.

En dégageant et en historicisant les principaux modes de figuration fictionnels et factuels du hasard, tels qu’ils se donnent à voir dans les représentations artistiques de la contingence, les chercheurs du réseau ALEA étudient le rôle central que joue l’art dans la perception humaine du hasard, dans les pratiques pré-modernes, modernes puis post-modernes de projection sur l’avenir, afin de mieux comprendre les attitudes humaines contemporaines face au risque.

Qui sommes-nous ?

Le Réseau de recherches ALEA, fondé par Anne Duprat (UPJV/IUF) réunit des spécialistes d’histoire et de théorie de la littérature, d’historiographie, de philosophie esthétique et d’épistémologie autour de l’analyse des représentations du hasard dans l’art, du début de la modernité à nos jours (XVIe-XXIes). L’équipe directrice du réseau coordonne le collectif Figures du hasard. L’imaginaire de la contingence en Occident (XVIe-XXIes) [II volumes, 1050 p.], qui fera l’objet d’une publication en français et d’une publication numérique en anglais à l’automne 2023.


The representation of chance imposes itself on everyday thought as its reality. This may take the form of a staging, a visualization or a storytelling of the random occurrence of events, or it may be given as a scripted thought experiment, as the complete development of a possible world or as a simple prediction that is revealing of a particular state of things. We depend on figurations of chance to help us to understand it — and thus to foresee and to plan.

Literary creation in particular, because of its capacity to plot events and endow them with logic and meaning, appears as one of the principal places where randomness is always felt and thought, before being translated into a story of behaviours and institutions. And yet, the density and complexity of literary and visual representations, as well as the scope of their evolution in Western cultural history from the 16th to the 21st centuries, explain the fact that they have only been marginally taken into account, or only in an excessively simplified way, in our contemporary phenomenologies of chance and contingency.

In the exact sciences, since the end of the 19th century new conceptions of chance have been introduced, supported by empirical experiments (such as investigations into matter-energy and the quantum vacuum state) and rigorous mathematical constructions (such as the formalizations of statistics and of theories of information and computation). However, these scientific reformulations are inevitably partial, only revealing specific facets of chance – facets that are multiple and potentially mutually incompatible. They thus have difficulty grasping chance in its polysemy.

By bringing these scientific descriptions together with the literary figurations which are contemporaneous with them, we can show that behind their apparent clarity, they are also a source of new metaphors and stories that are driven by a search for meaning.

In bringing out and historicizing the principal modes of fictional and factual figuration of chance, as they appear in artistic representations of contingency, the researchers of the ALEA network are investigating the central role that art plays in the human perception of chance, in premodern, modern and post-modern practices of forecasting into the future, in order to better understand contemporary human attitudes toward risk.

Who are we?

The ALEA Research Network, founded by Anne Duprat (Université de Picardie-Jules Verne/Institut Universitaire de France) brings together specialists in history and literary theory, historiography, aesthetics and epistemology to analyze representations of chance in art from the beginning of modernity to the present (16th to 21st centuries). The network’s steering team coordinates the edited collection Figures of Chance: The Imagination of Chance in the West (16th – 21st Centuries) [2 volumes, 1050 p.], which will be printed in French and published online in English in the fall of 2023.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search