Carlo Ginzburg et Martin Rueff (trad.), Le hasard et le cas. Quelques réflexions rétrospectives

Parus en mai 2021, (re)découvrez dans les colloques en ligne Fabula, les actes du colloque “Littérature et écritures du cas” qui s’est tenu en mai 2018 à l’Université de Berne, et en particulier la contribution de Carlo Ginzburg, intitulée “Le hasard et le cas. Quelques réflexions rétrospectives”.

1.
1. Mon premier livre I benandanti (en français, Les batailles nocturnes) est paru en 1966. La traduction anglaise intitulée The Night Battles. Witchcraft and Agrarian Cults in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, fut publiée en 1983, avec une introduction d’Eric Hobsbawm. Trente ans plus tard, en 2013, la maison d’édition, Johns Hopkins University Press, m’invita à écrire une nouvelle préface. J’en profitai alors pour raisonner sur la trajectoire qui m’avait conduit à étudier les procès de sorcellerie.

2. Mon premier essai, publié en 1961, analysait un procès d’inquisition du début du seizième siècle qui avait été intenté à une paysanne de la region de Modène, Chiara Signorini, accusée d’être une sorcière. À la fin de l’essai, j’avais écrit : « Le cas de Chiara Signorini, jusque dans ses aspects les plus irréduciblement individuels, peut prendre une signification d’une certaine manière paradigmatique ». En 2013, je commentai ce passage dans les termes suivants :

Paradigmatique signifie ici “exemplaire”. La structure des révolutions scientifiques de Thomas Kuhn, un livre tout entier construit autour de la notion de “paradigme”, fut publié l’année suivante, en 1962. Présenter comme exemplaire une découverte due au hasard revenait à avancer une hypothèse aventureuse ; plus précisément, à faire un pari. Mais qu’est-ce qui avait pu me conduire à transformer un procès en un cas ? Je ne suis pas en mesure de répondre à cette question. Ce que je puis dire c’est que, depuis ce moment, je n’ai cessé de réfléchir sur les cas et sur leurs implications.

3. Huit ans après, je vais tenter de formuler une réponse, en essayant d’expliquer – et avant tout de m’expliquer à moi-même – les racines de mon intérêt précoce pour les cas.

Lire la suite sur Fabula.


Vous aimerez aussi...