En ligne / online : Renaissance Society of America Virtual 2021, ateliers ALEA / ALEA Network Sessions (20 & 22 avril / April 2021)

« Rabelais et le hasard » (20 avril / April 2021, 2:00 PM – 3:30 PM)

La notion de hasard est ici abordée par trois biais : celui des « accidens bien divers » qui ponctuent la généalogie de Pantagruel, réévaluée à l’aune de la problématique du monstrueux, voire des mirabilia propres à la Renaissance (Myriam Marrache-Gouraud) ; celui des avatars et pouvoirs de la Fortune et de la fortunologie rabelaisienne (Romain Menini) ; celui enfin du cas, casus, de ses différentes acceptions déployées par Rabelais, et du rapport du « cas » avec l’irruption de la contingence dans la somme gargantuine (Olivier Guerrier).

Session Monitor
Participants
  • Olivier Guerrier (Université Toulouse Jean Jaurès)
  • Myriam Marrache-Gouraud (Université de Bretagne Occidentale)
  • Romain Menini (Université Gustave Eiffel)

« La rencontre comme matrice littéraire / Encounter as a Literary Matrix » (22 avril / April 2021, 12:00 PM – 1:30 PM)

Panel Monitor
Presentations
  • « Drôle d’endroit pour une rencontre. Le lieu du fortuit dans les arts à la Renaissance »
    Florence Buttay, Université de Caen Normandie

La rencontre, « arrivée fortuite de deux personnes ou de deux choses en un même lieu » selon Furetière (1690), est le point de condensation des réflexions sur le hasard et la nécessité. Comment le représenter ? L’image, toujours affirmative, peut difficilement dire « peut-être ». La représentation visuelle de la contingence est donc un défi. On s’intéressera ici à deux rencontres, l’une, allégorique, la rencontre avec la Fortune, mise en scène depuis au moins la Mutacion de Fortune de Christine de Pisan, l’autre, historique, la rencontre de saint Jérôme avec le lion. Serviront de point de départ, pour la première, les illustrations de l’Amant infortuné (vers 1520–1530, attribué à François Habert, Chantilly, ms. 508), pour la seconde, la Vierge à l’enfant entourée de saints de Vittore Carpaccio (vers 1505, Avignon, Petit Palais). On s’intéressera particulièrement au lieu de la rencontre et au sens qu’il donne à l’imprévisible.

  • « Rencontre militaire: hasard et désordre de l’affrontement dans l’historiographie française du XVIe siècle »
    Alicia Viaud, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Dans le Trésor de la langue française (1606), Jean Nicot définit la « rencontre en fait militaire » comme « le combat de deux troupes de deux armées ennemies, s’estant adventurierement et en endroit inopiné rencontrées« . Par opposition à la bataille dite « rangée », la rencontre constituerait donc une forme mineure d’affrontement, imprévue, désordonnée et de moins envergure. Plus « hasardeuse », est-elle pour autant plus dangereuse ? Moins décisive, parce que davantage soumise aux caprices de la fortune ? Moins l’occasion pour les hommes de faire la preuve de leur vertu ? À l’aune de cette définition dont il faudra évaluer la validité, on cherchera à retracer les usages du terme rencontre, à cerner les caractéristiques de cette modalité du conflit armé et à évaluer son statut de lieu commun dans les récits militaires offerts par l’historiographie française du XVIe siècle.
  • « Érotique et antérotique de la rencontre dans la poésie en langue romane de la Renaissance »
    Louise Dehondt, Université Picardie Jules Verne
Comment la configuration poétique de la rencontre accidentelle induit-elle une prise en compte distincte de la contingence, selon les émotions et l’écriture du temps qu’elle mobilise ? Alors que les recueils lyriques font de la rencontre inopinée avec la jeune femme aimée un instant de ravissement, réinterprété a posteriori comme le signe fatal du destin, les registres folâtre ou burlesque tournent en dérision cette surcharge sémantique qui nie le hasard de la rencontre singulière. La déconstruction de la lyrique amoureuse va de pair avec la multiplication des rencontres sans avenir, désirables ou non, provoquant éclat de rire ou instant d’effroi. En accumulant les singularités sans ordre, les galeries de portraits satiriques esquissés au fil des croisements aplanissent le relief de la rencontre jusqu’à déboucher sur une mélancolie désabusée. Hasard ou nécessité se lisent dans l’impact physique et les traces émotionnelles que la rencontre laisse sur le corps du poète.
  • « Interpreting Serendipity: Chance, Knowledge and Artistic Self-Consciousness in the Adaptations of a Persian Tale »
    Nicolas Correard, Université de Nantes
Among the encounters with the Orient that rejuvenated narrative writing around 1550, the Tale of the sons of Serendip enjoyed considerable success thanks to Armeno’s 1558 adaptation of Persian sources (Peregrinaggio di tre giovanni), which inspired a free imitation by Béroalde de Verville in 1610 (Le Voyage des princes fortunez). While several studies have shed light on the structural and cultural aspects underlying the process of adaptation, we will pinpoint the reflexivity at stake. The Italian book consciously set up a new model for unexpected and puzzling causal relationships against a reductive comprehension of the Boccaccian novelistic tradition; the French author introduced into the mould of allegorical narrative a new sense of romance, which conveys both marvel and disillusion. As readers and writers, Armeno and Béroalde experienced unusual encounters, fostering curiosity and interpretation: their use of this narrative matrix testifies for their insight into the nature of literary creation.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search