N. Corréard : « Venise, 1550 : importation des modèles orientaux »


Nicolas Corréard, « Venise, 1550 : importation des modèles orientaux » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2021 <https://hasard.hypotheses.org/4126>

La réception en Europe des modèles orientaux de la fable et du conte constitue une histoire de longue durée, qui court du Moyen Âge jusqu’à l’irruption des Mille et une nuits au cœur de l’âge classique. Elle se cristallise cependant dans des moments précis.

Les presses vénitiennes, au milieu du XVIe siècle, éditent des recueils de fables animalières adaptant en langue vulgaire le fonds indo-persan (les fables dites « de Bidpaï »), par Agnolo Firenzuola (Prima veste dei Discorsi animali, 1541) et Anton Francesco Doni (La Moral Filosophia del Doni, 1552), tandis que la première version européenne de l’histoire de trois fils de Serendip, qui a inspiré la notion moderne de sérendipité en descendant les routes de la Soie, dérive du poète soufi Amir Khosrow (Peregrinaggio di tre giovani figlivoli del Re di Serendippo, 1557). Le succès de ces publications est attesté aussi bien par les nombreuses rééditions que par leur diffusion européenne, ou encore par les adaptations françaises : La Philosophie fabuleuse (1561) de Pierre Larivey dans un cas ; Le Voyage des princes fortunez (1610) de Béroalde de Verville dans l’autre.

Le trajet suivi depuis les sources est complexe. Dans le premier cas, il s’agit d’une réception très indirecte : les fables du Kalila wa Dimnaarabo persan (elles-mêmes tirées du Pañchatantra indien), traduites en latin médiéval par un convers juif, Jean de Capoue, avaient été l’objet d’une première adaptation en vulgaire castillan, l’Exemplario contra los engaños y peligros del mundo (1493), que Firenzuola et Doni avaient en main. Dans le second, la réception de l’histoire des trois princes de Serendip reposerait sur la figure d’un obscur traducteur arménien, Cristoforo, illustrant par son histoire éditoriale la sérendipité thématisée par le conte lui-même. Elle s’avère non moins complexe, puisque le Peregrinaggiose présente en réalité comme une fabrication originale à partir de plusieurs sources persanes. Ces deux cas de translatio littéraire sont maintenant bien connus dans leurs grandes lignes, sans que les textes aient été l’objet de véritables analyses. Surtout, leur concomitance fait ressortir l’importance du contexte de réception, sur lequel nous voudrions insister : l’importation d’un bien culturel tient au moins autant aux besoins de l’importateur qu’à la valeur intrinsèque de ce bien.

Contexte politique : menacée dans ses possessions du Levant par les Turcs, la République essayait d’établir une alliance avec la Perse safavide, de sorte que la vogue littéraire persane s’inscrit dans une série plus large de transactions culturelles et diplomatiques avec le Moyen-Orient. Contexte littéraire : avec Firenzuola et Doni, les fables orientales rencontrent la littérature sério-comique occidentale inspirée non seulement par Ésope, mais aussi par Apulée, Lucien ou Érasme, les maîtres du paradoxe et de la littérature asinine ; avec le Peregrinaggio, la littérature sapientiale des Persans rencontre la mode de l’énigme et celle de la nouvelle boccacienne pour ouvrir des voies nouvelles à la prose romanesque, le lecteur se voyant proposer un type de jeu herméneutique plus proche du roman policier que du décryptage allégorique. Contexte idéologique enfin : alors que la Contre-réforme était en préparation, la liberté vénitienne avait trouvé une formidable occasion de s’illustrer dans ces publications, qui font écho aux discours anti-courtisans les plus virulents aussi bien qu’à une indifférence religieuse croissante parmi les humanistes et la population, dont s’inquiétaient les autorités.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search