« Figures du Hasard » / « Figures of Chance » : table des matières / table of contents

Figures du Hasard. L’imaginaire de la contingence en Occident /

Figures of Chance. Imagining Contingency in the West

Dir. / Ed. : Anne Duprat (UPJV-IUF-ANR. Réseau ALEA)
[2 vol., 1200 p., 2023]

 

Vol I. « Pour une histoire culturelle de la contingence (XVIe-XXIe) » / « Toward a Cultural History of Contingency (16th-21st Centuries) »

Vol. II. « Figurer le hasard : questions de théorie » / « Figuring Chance: Questions of Theory »

 

 

Vol I. « Pour une histoire culturelle de la contingence (XVIe-XXIe) » / « Toward a Cultural History of Contingency (16th-21st Centuries) » [600 p.]

sous la direction d’Anne Duprat (IUF/U. Picardie), Fiona McIntosh-Varjabédian (U. Lille), Anne-Gaëlle Weber (U. Artois)

Introduction. Propositions pour une « histoire non conceptuelle » de la contingence / …

Anne Duprat (IUF/U. Picardie), Fiona McIntosh-Varjabédian (U. Lille)

Ch. 1
1340-1600. Hasard, Fortune et contingence à la Renaissance
1340-1600. Chance, Fortune and contingency in the Renaissance
Dir. / Ed. : Olivier Guerrier (U. Toulouse)

Avec / With : Florence Buttay (U. Bordeaux), Nicolas Corréard (U. Nantes), Louise Dehondt (U. Picardie), Marie-Luce Demonet (U. Tours), Alexandre Tarrête (U. Paris-Sorbonne), Alicia Viaud (U. Paris-3), Enrica Zanin (IUF/U. Strabourg)


Premier chapitre du volume, « Hasard, Fortune et contingence à la Renaissance (1340-1600) s’ouvre sur un rappel des apports à la recherche de l’important colloque « Hasard et Providence XVI-XVIIe siècles » (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance 2006). Une mise au point de l’éventail sémantique de la notion de « rencontre », déterminante pour la pensée du hasard du XIVe au XVIe siècle introduit la première partie du chapitre, qui aborde les questions de lexique lié au hasard, du grec et du latin aux langues vernaculaires, à partir de dictionnaires ou recueils de lieux communs, et de textes tant factuels que fictionnels. Le hasard est ensuite examiné comme point critique dans les domaines du langage, de l’histoire et de la société. La troisième partie du chapitre, consacrée aux expérimentations formelles dont le hasard fait l’objet, est centrée sur la narration et le théâtre. La dernière partie aborde, à partir de la fortune chez les humanistes de l’anecdote du peintre Apelle atteignant la perfection de la représentation grâce au hasard, des témoignages de créateurs confrontés au hasard et ses différents visages dans la pensée et l’écriture. Le chapitre s’achève sur les questions d’herméneutique et de lecture induites par les dispositifs qui reproduisent, miment, disent autrement l’aléatoire à la Renaissance, ou encore entreprennent d’exclure ou de dominer la contingence. Le responsable de ce chapitre (Olivier Guerrier ; Rencontre et reconnaissance, 2016) est assisté d’autres spécialistes du XVIe siècle européen : Marie-Luc Demonet (Hasard et providence, dir., 2006), Alexandre Tarrête, Alicia Viaud ; mais également de comparatistes : Nicolas Corréard, Louise Dehondt, Enrica Zanin ; et d’une historienne travaillant sur la Renaissance et son iconographie : Florence Buttay (Fortuna : usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, 2008).

This book’s first chapter, “Chance, Fortune and Contingency in the Renaissance (1340-1600),” opens onto a review of the research contributions from the major conference “Chance and Providence 16th-17th Centuries” (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance 2006). The first part of this chapter considers questions about the lexicon related to chance, from ancient Greek and Latin to vernacular languages, as it appears in dictionaries and commonplace books, in both factual and fictional texts. This first part begins with a clarification of the semantic range of the notion of “encounter,” a decisive one for reflections on chance from the 14th to the 16th century. Chance is then examined as a crucial point in the fields of language, history and society. The third part of the chapter, devoted to the formal experiments to which chance is subject, focuses on narration and theater. The last part considers testimonies of creators confronted with chance and its various appearances in thought and writing, with a discussion of the anecdote, popular among humanists, about how the painter Apelles perfected representation thanks to chance. The chapter ends with the questions of hermeneutics and of reading induced by devices that reproduce, mimic, or express randomness in other ways in the Renaissance, or even undertake to exclude or dominate contingency. This chapter’s editor (Olivier Guerrier; Rencontre et reconnaissance, 2016) has benefited from the aid of other specialists of 16th-century Europe: Marie-Luc Demonet (Hasard et providence, ed., 2006), Alexandre Tarrête, Alicia Viaud; as well as from specialists in comparative studies: Nicolas Corréard, Louise Dehondt, Enrica Zanin; and from a historian who works on the Renaissance and its iconography : Florence Buttay (Fortuna : usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, 2008).

Ch. 2
1570-1700. De la contestation de la Fortune aux hasards
1570-1700. From the contesting of Fortuna to multiple forms of Chance
Dir. / Ed. : Guiomar Hautcœur (U. Paris-7), Zoé Schweitzer (U. Saint-Étienne), Anne Teulade (U. Rennes-2)

Avec / With : Carole Boidin (U. Paris Nanterre), Line Cottignies (U. Paris-3), Camille Esmein-Sarrazin (U. Orléans), Élisabeth Lacombe (U. Picardie), Éric Marquer (U. Paris-1), Christine Noille (U. Paris-Sorbonne), Émilie Picherot (U. Lille), David Sedley (U. Haverford), Laurent Susini (U. Paris-Sorbonne), Laurent Thirouin (U. Lyon-2)


Le XVIIe siècle a été largement considéré comme une période de transition pour la représentations du hasard dans les cultures européennes, un moment où la notion bénéficie de l’élaboration du siècle précédent sans avoir cependant encore fait l’objet des théorisations scientifiques du siècle suivant. Le hasard serait ce qui échappe à l’intentionnalité divine ou humaine et que l’on tente d’expliquer, sinon de résorber, grâce à des paradigmes intellectuels anciens (le providentialisme) ou nouveaux (le rationalisme). Fictionnalisé et pris en charge par les textes, le hasard semble envisagé comme un facteur de cohérence mais aussi un vecteur de tension. Ce chapitre choisit d’aborder ce moment classique de l’histoire du hasard en Occident sous l’angle du rapport entre fiction et expression du hasard, en mettant en valeur l’apport des cas singuliers ou atypiques à cette histoire. Il montre que les fictions ne sont pas seulement le reflet ou la caisse de résonance des conceptions morales, scientifiques ou théologiques de leur temps et qu’elles s’échappent d’une position ancillaire pour proposer des élaborations du hasard à la fois critiques et complexes. Il s’appuie sur l’étude de motifs narratifs ou narratologiques spécifiques émanant de genres littéraires variés pour mettre en lumière l’efficacité et l’originalité des pensées fictionnelles du hasard au XVIIe siècle. Rédigé sous la direction de trois spécialistes de la littérature du XVIIe siècle européen (Guiomar Hautcœur, Zoé Schweitzer, Anne Teulade) , le chapitre bénéficie de la contribution de spécialistes de littérature anglaise (Line Cottegnies) et française (Camille Esmein-Sarrazin, David Sedley, Laurent Thirouin), mais aussi de comparatistes (Carole Boidin, Élisabeth Lacombe, Émilie Picherot), de philosophes (Éric Marquer) et de stylisticiens et rhétoriciens (Christine Noille, Laurent Susini).

The 17th century was widely regarded as a transitional period in the representation of chance in European cultures, a time when the concept benefited from developments in the previous century, but wasn’t yet subject to scientific theorizations, like it would be in the following century. Chance is that which escapes divine or human intentionality and which one tries to explain, if not reabsorb, using old intellectual paradigms (providentialism) or new ones (rationalism). Taken up and fictionalized by texts, chance seems to be seen as a factor of coherence but also as a vector of tension. This chapter chooses to approach this classical moment in the Western history of chance from the perspective of the relationship between fiction and the expression of chance, highlighting the contribution of singular or atypical cases to this history. It shows that works of fiction are not only the reflection or sounding board for the moral, scientific or theological conceptions of their time and that they escape an ancillary position as they propose developments of chance that are both critical and complex. It draws on the study of specific narrative or narratological motifs emanating from various literary genres to shed light on the effectiveness and originality of the fictional thinking of chance in the 17th century. This chapter, which was prepared under the direction of three specialists in 17th-century European literature (Guiomar Hautcœur, Zoé Schweitzer, Anne Teulade), contains contributions by specialists in English literature (Line Cottegnies) and French literature (Camille Esmein-Sarrazin, David Sedley, Laurent Thirouin), but also by comparatists (Carole Boidin, Élisabeth Lacombe, Émilie Picherot), philosophers (Éric Marquer) and stylisticians and rhetoricians (Christine Noille, Laurent Susini).

Ch. 3
1680-1789. « Il n’y a point de hasard ». Métaphysique et mœurs au 18e siècle
1680-1789. « There is no such thing as Chance ». Metaphysics and morals in the 18th c.

Dir. / Ed. : Caroline Jacot-Grapa (U. Lille)

Avec / With : Bernard Sève (U. Lille), Sylviane Albertan-Coppola (UPJV), Anne Vila (U. Wisconsin-Madison), Michel Henry (U. Franche-Comté), Florence Magnot-Ogilvy (IUF/U. Rennes-2), Charles Wolfe (U. Ca’Foscari, Venise)


Quand Bossuet écrivait : « Ne parlons plus de hasard, ni de fortune, ou parlons-en seulement comme d’un nom dont nous couvrons notre ignorance », l’ignorance dont il parlait était celle de la main invisible, celle de Dieu, celle de la Providence. Au XVIIIe siècle, ce régime classique de la certitude est ébranlé, au profit des degrés de certitude qu’ouvre le calcul des probabilités. La Providence cède le pas au fatalisme en 1724, premier visage du déterminisme auquel Laplace donnera bientôt sa définition. Pas d’effet sans cause : le hasard même reste pour un Voltaire « l’effet que nous voyons d’une cause que nous ne voyons pas ». Le XVIIIe siècle invente une langue et une arithmétique pour penser le hasard. Ce chapitre, composé sous la direction de Caroline Jacot Grapa avec la contribution de Sylviane Albertan-Coppola, Anne Vila, Michel Henry, Florence Magnot-Ovilgy, Charles Wolfe et Bernard Sève, s’attache à montrer que si ce calcul oblige à repenser la complexité des causes, il interroge également la maîtrise du réel, de la prévision, l’attrait du risque, le miracle de la liberté. La fortune disparaît ainsi dans le sillage de « l’analyse du hasard », du jeu aux sciences morales et politiques qu’explorent côte à côte le romancier et le géomètre, le philosophe et le poète. Aucune réduction cependant n’abolit le hasard, le fortuit, la rencontre de l’inconnu. La sérendipité, née du monde des contes, éclot sur le terreau de l’empirisme et de l’exigence de penser à neuf.

When Bossuet wrote: “Let us no longer speak of chance or fortune; or let us use those words only to cover our ignorance,” the ignorance he refers to is about the invisible hand, that of God, that of Providence. In the 18th century, this classical regime of certainty was shaken up, giving way to degrees of certainty, as made possible by probability calculus. Providence yielded to fatalism in 1724, the first face of determinism to which Laplace would soon give a definition. There’s no effect without a cause: for Voltaire, even chance remains “the effect that we see of a cause that we do not see.” The 18th century invents a language and an arithmetic to think about chance. This chapter, edited by Caroline Jacot Grapa and with contributions by Sylviane Albertan-Coppola, Anne Vila, Michel Henry, Florence Magnot-Ovilgy, Charles Wolfe and Bernard Sève, attempts to show that, while this calculation forces us to rethink the complexity of causes, it also questions the mastery of reality, of forecasting, the attraction of risk and the miracle of freedom. Fortune thus disappears in the wake of “the analysis of chance,” from games to the moral and political sciences, which both the novelist and the geometer, the philosopher and the poet alike explore side by side. However, no such reduction abolishes chance, fortuitousness, or the encounter with the unknown. Serendipity, born from the world of fairy tales, sprouts up from the ground of empiricism and from the demand to think anew.

Ch. 4
1789-1914. Du hasard enchaîné au hasard déchaîné
1789-1914. From Chance Bound to Chance Unbound

Dir. / Ed. : Danielle Follett (U. Paris-3), Martine Lavaud (U. Artois), Fiona McIntosh-Varjabédian (U. Lille), Anne-Gaëlle Weber (U. Artois)

Avec / With : Nicolas Aude (U. Paris Nanterre), Catherine Dumas (U. Lille), Pierre-Carl Langlais (…)


Dans un siècle où s’affaiblissent les interprétations téléologiques et providentielles, le hasard est de plus en plus reconnu comme un facteur qui intervient dans la nature biologique et physique, et dans les transformations sociales et culturelles. Si le hasard est évacué par les nouveaux régimes de rationalité qui sont promus par les pensées positivistes et utilitaristes et par des formes de modélisation telles les statistiques qui tentent de le « domestiquer », on assiste vers la fin du siècle au développement de théories non strictement déterministes. Ces nouvelles formes d’indéterminisme postulent au contraire une idée de hasard absolu qui résiste explicitement à la modélisation. Rédigé sous la direction de Danielle Follett, Martine Lavaud, Fiona McIntosh-Varjabedian et Anne-Gaëlle Weber (spécialistes de littérature comparée, anglophone, française, allemande et italienne), le chapitre bénéficie de la contribution de Nicolas Aude (littérature russe), Catherine Dumas (littérature espagnole) et Pierre-Carl Langlais (lexicographie).

During the nineteenth century, when teleological and providential interpretations of history were on the wane, chance became more and more recognized as a factor that intervenes in biological and physical nature, as well as in social and cultural transformations. While chance was dismissed by new rational outlooks promoted by positivist and utilitarian thinkers and by forms of analysis such as statistics which attempted to “tame” it, toward the end of the century certain new theories developed that were not strictly deterministic. Rather, these new forms of indeterminism postulated an idea of absolute chance that explicitly resists formalization. This chapter, written under the direction of Danielle Follett, Martine Lavaud, Fiona McIntosh-Varjabedian and Anne-Gaëlle Weber (specialists in English, French, German, Italian and comparative literature), contains contributions by Nicolas Aude (Russian literature), Catherine Dumas (Spanish literature) and Pierre-Carl Langlais (lexicography).

Ch. 5
1897-1980. Modernités du hasard. Accidents et procédures
1897-1980. Modernities of Chance: Accidents and Procedures

Dir. / Ed. : Alison James (U. Chicago), Sébastien Wit (U. Picardie)

Avec / With : Julia Jordan (U. College London), Isabelle Krzywkowski (U. Grenoble), Benoît Monginot (U. Turin), Jason Puskar (U. Wisconsin-Milwaukee), Christelle Reggiani (U. Paris-Sorbonne), Sarah Troche (U. Lille), Christina Vogel (U. Zurich)


Traversé par les catastrophes de l’Histoire, le XXe siècle est le théâtre d’une crise de la rationalité alors même que les mathématiques et les sciences offrent de nouvelles manières de théoriser le hasard, que ce soit par le biais du principe d’incertitude quantique, de la théorie du chaos, de la génétique, de la cybernétique, ou encore de la théorie des jeux. S’inspirant des concepts de certains de ces champs, l’art et la littérature du XXe siècle font du hasard une méthode créative, à travers l’usage de formes, de procédures qui exhibent le caractère contingent de la création, remettent en cause l’autorité de l’artiste ou de l’auteur, ouvrent l’œuvre à la multiplicité de ses incarnations. Couvrant la période qui va du Coup de dés de Mallarmé à la fin du XIXe siècle à l’avènement de la littérature numérique au début des années 1980, ce chapitre s’intéresse à ce qui se trouve mis en jeu dans les différentes utilisations artistiques du hasard. Il explore également la place du hasard au sein des représentations narratives de l’événement, ainsi que la manière dont ces représentations rendent compte des changements du rapport quotidien au risque et à l’accident à partir de la modernité. Rédigé au croisement de la littérature et de la philosophie, ce chapitre est dirigé par Alison James (Constraining Chance, 2009) et Sébastien Wit (Romans du hasard, 2019). Il bénéficie des contributions de Julia Jordan (Chance and the Modern British Novel, 2010), Isabelle Krzywkowski (Machines à écrire, 2010), Benoît Monginot (Poétique de la contingence, 2015), Jason Puskar (Accident Society, 2012), Christelle Reggiani (Rhétoriques de la contrainte, 1999), Christina Vogel (Penser le hasard et la nécessité, dir., 2014), et Sarah Troche (Le Hasard comme méthode, 2015).

The twentieth century sees a crisis of rationality in the face of historical catastrophes, even as mathematics and science offer new ways of theorizing chance, whether in the quantum uncertainty principle, chaos theory, genetics, cybernetics, or game theory. Drawing on concepts from some of these arenas, twentieth-century art and literature mobilize chance as a creative method, via forms and procedures that lay bare the contingency of creation, challenge the authority of the artist or author, or open the work up to multiple realizations. Covering the period from Mallarmé’s Coup de dés (A Throw of the Dice) at the end of the nineteenth century to the beginnings of digital literature in the early 1980s, this chapter examines what is at stake in various artistic uses of chance. It also explores the place of chance in narrative representations of the event, which engage with the changing place of accident and risk in daily life in the modern era. Bridging literature and philosophy, this chapter is coordinated by Alison James (Constraining Chance, 2009) and Sébastien Wit (Romans du hasard, 2019). It includes contributions by Julia Jordan (Chance and the Modern British Novel, 2010), Isabelle Krzywkowski (Machines à écrire, 2010), Benoît Monginot (Poétique de la contingence, 2015), Jason Puskar (Accident Society, 2012), Christelle Reggiani (Rhétoriques de la contrainte, 1999), Christina Vogel (Penser le hasard et la nécessité, ed., 2014), and Sarah Troche (Le Hasard comme méthode, 2015).

Ch. 6
1980. De la permanence du hasard à l’ère des données
1980. From permanent chance to an era of data

Dir. / Ed. : Alexandre Gefen (CNRS)

Avec / With : Laurent Demanze (U. Grenoble), Magali Nachtergael (U. Sorbonne Paris Nord), Alexandra Saemmer (U. Paris-8), Gaelle Théval (U. Rouen)


Le hasard à l’aube du XXIe siècle, c’est la confrontation entre, d’un côté, une mondialisation géo-économique et une crise écologique complexifiant radicalement les déterminismes, résistant à l’interprétation et à la transformation, et, de l’autre, des outils de mathématisation d’une puissance inédite. Or, dans ce contexte, le hasard demeure avant tout un puissant ressort romanesque de la littérature contemporaine. Il reste un moteur de rencontre, de déviation, de surgissement d’un événement qui vient mettre un terme à une régularité et amplifier les possibles individuels. Désormais conçu comme forme, ou plutôt comme déformation des logiques du récit, le hasard performé par la narration contemporaine renchérit sur la complexité naturelle ou sur les méandres des décisions humaines. Il y apparaît non seulement comme la condition nécessaire de l’homme moderne, mais comme l’illustration de cette complexité et des « processus chaotiques » peu prévisibles qu’elle engendre. Des générateurs de textes de Jean-Pierre Balpe aux errances créatives de Sophie Calle, le hasard contemporain se donne comme le produit d’un processus créatif délibéré ; il dit l’enchevêtrement de déterminismes trop complexes pour être saisis. Dirigé par Alexandre Gefen (CNRS), ce chapitre bénéficie des contributions de Laurent Demanze (U. Grenoble), Magali Nachtergael (U. Sorbonne Paris Nord), Alexandra Saemmer (U. Paris-8),et Gaelle Théval (U. Rouen).

Chance at the dawn of the 21st century finds itself at the intersection of geo-economic globalization, an ecological crisis that radically complicates different forms of determinism and resists both interpretation and transformation, and mathematical tools of unprecedented power. However, in this context, chance remains above all a powerful novelistic force in contemporary literature. It remains a driver of encounters, of deviation and of the emergence of events that put an end to regularity and that amplify individual possibilities. Today, chance is conceived of as a form, or rather as a deformation of the logics of the story; its performance in contemporary narration intensifies natural complexity or the meanderings of human decisions. In the latter case, it appears not only as the necessary condition of modern man, but also as an illustration of this complexity and of the unpredictable « chaotic processes » it engenders. From Jean-Pierre Balpe’s text generators to the creative wanderings of Sophie Calle, contemporary chance appears as the product of a deliberate creative process; it expresses the tangle of determinisms that is too complex to grasp. This chapter is edited by Alexandre Gefen (CNRS) and contains contributions by Laurent Demanze (U. Grenoble), Magali Nachtergael (U. Sorbonne Paris Nord), Alexandra Saemmer (U. Paris-8) and Gaelle Théval (U. Rouen).
 

 

Vol. II. « Figurer le hasard : questions de théorie » / « Figuring Chance: Questions of Theory » [600 p.]

Introduction. Fictionnalité, représentation et modélisation par les arts de la contingence / Fictionality, representation and modeling by the arts of contingency

Anne Duprat (IUF/U. Picardie)

Ch. 1
Hasard, causalité, temporalité
Chance, causality, temporality

Dir. / Ed. : Anne Duprat (IUF/U. Picardie)

Avec / With : Mark Currie (Queen Mary U.), Elie During (U. Paris-8)


Envisager les rapports entre temps et récit sous l’angle du hasard, c’est interroger autrement la nature processuelle de la causalité, en centrant l’analyse sur ce qui n’est peut-être pas une disruption dans le tissu du réel, mais la façon même dont celui-ci se tient. Ce chapitre analyse les différentes façons dont la causalité s’inscrit dans une événementialité particulière, celle qui dépend d’une énonciation. Comment se raconte la logique des choses, là où elle apparaît rompue ou disjointe ? Et si leur succession passée, leur surgissement présent, leur arrivée future ne sont liés ensemble que par la narration qui les oriente et leur donne sens, que révèle l’étude du hasard sur cette fonction configurante du récit ? Le chapitre propose ainsi un déplacement de la perspective adoptée par Paul Ricœur sur la mise en intrigue que le récit opère sur le réel, en envisageant d’autres versions possibles de l’articulation entre temporalité et narrativité. L’indéterminé et l’aléatoire y seront vus moins comme un état provisoire du rapport entre le sujet (celui de la connaissance, mais aussi celui de la perception esthétique) et le réel, que comme une constante possible de ce rapport, dans lequel se rejoue sans cesse notre position face au temps. On y envisagera notamment le rôle joué dans ces processus par l’écriture narrative elle-même, en tant qu’elle les accomplit (Mark Currie, « Le récit et la nécessité de la contingence »), l’influence qu’a sur une conception du hasard comme disruption l’idée que l’on se fait de la texture du milieu spatio-temporel dans lequel les choses arrivent (Elie During, « Causalité et simultanéité : la forme temporelle du hasard entre nature, fiction et narration »), et la différence entre mise en fiction et mise en récit dans une appréhension du hasard comme forme esthétique de notre rapport au temps (Anne Duprat, « ‘Alors, il arriva que…’, ou le hasard comme histoire »).

The consideration of the relationships between time and narrative from the angle of chance entails questioning the processual nature of causality under a different light, by centering our analysis away from the disruption in the fabric of the real, and onto the very way the fabric of the real is held together. This chapter analyzes the different ways in which causality fits into a particular kind of eventness, one that depends on an enunciation. How is the logic of things hold together when it appears broken or disjointed? And if their past succession, their present emergence and their future arrival are only linked together by narration as it orients them and gives them meaning, what does the study of chance reveal about this configuring function of narrative? This chapter thus proposes a shift away from the perspective adopted by Paul Ricoeur on plot construction, as that which the story effects upon the real, by considering other possible versions of the articulation between temporality and narrativity. The indeterminate and the aleatory will be seen less as a provisional state of the relation between the subject (that of knowledge, but also that of aesthetic perception) and the real, than as a possible constant of this relation, in which our position before time is incessantly being played out. We will consider in particular the role played in these processes by narrative writing itself, insofar as it accomplishes them (Mark Currie, “Narrative and the Necessity of Contingency”), the influence of our ideas about the texture of the spatio-temporal environment in which things happen on the conception of chance as disruption (Elie During, “Causality and Simultaneity: The Temporal Form of Chance between Nature, Fiction and Narration”), and the difference between fiction and narrative through an apprehension of chance as an aesthetic form of our relation to time (Anne Duprat, “’So, it happened that…’ or Chance as Story”).
Ch. 2
Éthique(s) du hasard : littérature et chance morale
Ethics(s) of Chance: Literature and Moral Luck
Dir. / Ed. : Enrica Zanin (U. Strasbourg)

Avec / With : Barbara Carnevali (EHESS), Anthony Mangeon (U. Strasbourg), Matthias Roick (U. Göttingen)


C’est souvent par hasard que notre action réussit ou échoue. Il se peut qu’en dépit des intentions bonnes et des précautions de l’agent, l’issue de son action ne soit pas moralement bonne. C’est qu’il est difficile de juger de la qualité morale d’un agent dont l’action est soumise au hasard. Bernard Williams et Thomas Nagel appellent cette difficulté moral luck et montrent que, dans la plupart des cas, nos choix moraux sont liés au hasard. La « chance morale » dévoile ainsi les contradictions qui touchent à notre idée de justice, de responsabilité, de culpabilité et de libre arbitre. Comment agir bien, dans un cadre marqué par le hasard ? La philosophie semble impuissante à répondre. La littérature en revanche, puisqu’elle a le pouvoir de décrire à la fois les intentions du sujet et le déroulement de son action, puisqu’elle incarne dans un récit particulier les idées de la morale, puisqu’elle offre un répertoire inépuisable de cas, propose des éléments de réponse et des stratégies pour concilier hasard et vie éthique. Ce chapitre accueillera les contributions de Barbara Carnevali (EHESS, esthétique sociale), Matthias Roick (Université de Göttingen, cultural history), Anthony Mangeon (Université de Strasbourg, littérature contemporaine), Enrica Zanin (Université de Strasbourg, littérature comparée).

It is often by chance that our actions succeed or fail. It may be that despite the good intentions and precautions of the agent, the outcome of his or her action is not morally good. This is because it is difficult to judge the moral quality of an agent whose action is subject to chance. Bernard Williams and Thomas Nagel call this difficulty moral luck and show that in most cases, our moral choices are linked to chance. Moral luck thus reveals the contradictions related to our idea of ​​justice, responsibility, guilt and free will. How can we act well in a context marked by chance? Philosophy seems powerless to answer. Literature, on the other hand, proposes answers and strategies to reconcile chance and ethical life, because it has the power to describe both the subject’s intentions and the course of his or her actions, because it embodies ideas of morality in a specific narrative, and because it offers an inexhaustible repertoire of cases. This chapter welcomes contributions by Barbara Carnevali (social aesthetics, EHESS), Matthias Roick (cultural history, University of Göttingen), Anthony Mangeon (contemporary literature, University of Strasbourg) and Enrica Zanin (comparative literature, University of Strasbourg).

Ch. 3
Créativité et contingence
Creativity and contingency

Dir. / Ed. : Karin Kukkonen (U. Oslo)

Avec / With : Ros Ballaster (U. Oxford), Guillaume Dumas (Institut Pasteur), Henry Keazor (U. Heidelberg), Juliane Vogel (U. Konstanz), Michael Wheeler (U. Stirling)


Auteurs, artistes et musiciens sont sans cesse confrontés au hasard. Ce chapitre s’intéresse au mouvement inverse : la recherche volontaire de son intervention dans le processus créatif. Il s’ouvre sur un rappel des formes de créativité qui marquent notre interaction avec notre entourage et notre environnement. Au-delà de ces pratiques quotidiennes, l’étude montre que c’est dans cette même dimension interactive que l’intervention du hasard est convoquée dans l’expression esthétique de la créativité en littérature, au théâtre, dans les arts visuels et en musique. Le chapitre analyse ce phénomène à partir d’une série d’exemples allant des jeux littéraires caractéristiques de la culture des salons français au XVIIe siècle à l’improvisation dans le théâtre anglais du XVIIIe siècle, et de l’étude des interventions dans l’art classique et moderne à l’élaboration des instruments de musique et du contexte matériel de création de l’œuvre musicale. Menée sous la direction de Karin Kukkonen (U. Oslo), spécialiste des relations entre études littéraires et sciences cognitives, la réflexion menée dans ce chapitre au croisement de la philosophie, des neurosciences et de l’histoire de l’art montre comment les mécanismes de la création, dans différents contextes historiques et sur différents supports, s’appuient sur une tension sans cesse retravaillée entre dessein et contingence.

Authors, artists and musicians continuously deal with the contingent. This chapter approaches the issue from the opposite direction: how the contingent can be sought, and put to work, in the creative process. The discussion begins with an account of everyday creativity in the interaction with others and with our environments. Beyond these everyday practices, the chapter shows that the interactive dimension is a central component for provoking contingency also in aesthetic expressions of creativity in literature, theatre, visual art and music. The chapter identifies a range of examples here, from the literary “games” of the seventeenth-century French salon, to improvisation in eighteenth-century British theatre, to contingent processes in modern and classical art and on to the design of instruments and musical environments. Edited by Karin Kukkonen (University of Oslo), a specialist in cognitive literary studies, the chapter conducts an interdisciplinary discussion between philosophy, the neurosciences, literary studies and art history. It shows how creative processes across media and across history depend on a tension between aspects of design and aspects of contingency.

Ch. 4
Hasard et jeux
Chance and games

Dir. / Ed. : Olivier Caïra (EHESS/IUT Évry)


Ce chapitre est dédié à l’analyse de la relation riche et évolutive qui existe entre le hasard et le jeu. L’alea, conçu parfois de manière caricaturale comme une catégorie de jeux, gagne en effet à être resitué dans un modèle complexe de l’engagement ludique. Au-delà des jeux de hasard, c’est donc la question du hasard dans les jeux qui fait l’objet des analyses menées ici. Les jeux se distinguent du quotidien non par une intervention moindre ou plus importante du hasard dans leur déroulement, mais par une volonté d’y rendre les sources d’incertitude lisibles, voire calculables. L’un des apports originaux du chapitre consiste dans une étude des usages du hasard dans l’édition contemporaine de jeux. Il permet de montrer que le hasard n’y est plus seulement convoqué pour égaliser les chances de victoire : il contribue surtout à diversifier les expériences d’une partie à l’autre, par la « randomisation » des plateaux, des intrigues, voire des règles.

This chapter is dedicated to the analysis of the rich and evolving relationship that exists betwee n chance and games. Alea , sometimes caricatured as a category of games, does benefit from being situated within in a complex model of playful engagement. Beyond games of chance, it is therefore the question of chance in games that is analyzed here. Games are distinguished from everyday life, not by a lesser or greater intervention of chance in their progress, but by a desire to make the sources of uncertainty readable, even calculable. One of the original contributions of this chapter consists in a study of the uses of chance in contemporary game design. It shows that chance is no longer just called upon to equalize the chances of victory; it contributes above all to diversifying the experiences from one game to another through the « randomization » of the boards, plots, and even the rules.

Ch . 5
Hasard et complexité
Chance from the perspective of complexity science

Dir. / Ed. : John Pier (U. Tours/EHESS)

Avec / With : Demian Battaglia (CNRS/U. Aix-Marseille), Marina Grishakova (U. Tartu), Maria Poulaki (U. Surrey), Richard Walsh (U. York)


Ce chapitre, co-écrit par Marina Grishakova, John Pier, Maria Poulaki, Richard Walsh and Demian Battaglia, examine à partir des théories de la complexité les modalités de présentation du hasard dans une série de récits littéraires et cinématographiques. Plusieurs éléments de ces théories — le chaos organisé, la théorie des systèmes, les structures dissipatives, la non-linéarité, la causalité, la contingence et l’indétermination — souvent convoqués par les sciences naturelles et par les sciences sociales y sont mobilisés dans l’étude du roman-système ou du roman surréaliste, dans l’analyse des modifications historiques du traitement de la contingence au cinéma, et dans celle des interactions entre sémantique et sémiotique narrative. Le chapitre propose ainsi l’exploration de perspectives nouvelles pour la narratologie, qui n’a jusqu’ici abordé la question de la complexité que de façon oblique ou implicite.

This chapter, authored by Maria Grishakova, John Pier, Maria Poulaki, Richard Walsh and Demian Battaglia, examines the modalities of chance in a selection of literary and cinematic narratives from the perspective of complexity. Various aspects of complexity theory such as “organised chaos”, systems theories, dissipative structures, nonlinearity, causality, contingency and indeterminacy, well-known in the natural and social sciences, will be taken up as revealed in systems novels, the surrealist novel, historical changes in the cinematic treatment of contingency and the interactions between narrative sense-making and semiotic systems. The chapter also reflects new developments in narratology, which to date has looked at the question of complexity only in implicit and tangential ways.

Ch. 6
Le hasard en sciences et en métaphysique : des conceptions distinctes
The distinct positions of chance in metaphysics and the sciences

Dir. / Ed. : Divya Dwivedi (IIT Dehli)

Avec / With : Michel Bitbol (CNRS), Zeynep Direk (Koç U.), Giuseppe Longo (CNRS/ENS Paris), Shaj Mohan, Maël Montévil (IRI/U. Paris-1)


Bien que les termes de « chance », de « hasard » ou d’ « aléa » relèvent du même champ sémantique dans de nombreuses langues, ils ne désignent pas pour autant une idée unique qui serait celle du hasard. À la croisée de l’ontologie, de la philosophie pratique, et de l’histoire des sciences, ce chapitre approche le hasard et les différentes notions qui lui sont associées en écartant d’emblée les approches purement théologique et scientiste, dans une tentative d’établissement des prémisses ontologiques du concept. Pouvoir donner un sens aux différentes notions qui désignent le hasard suppose en effet avant tout la clarification ontologique de problèmes relevant de la temporalité, de l’action humaine, de la responsabilité, du libre arbitre et de la destinée. Ce chapitre propose donc de faire un pas de côté dans l’enquête, en dégageant les questions spécifiquement ontologiques que pose le concept de hasard de considérations sur la réalité du monde, au profit d’une approche centrée sur une pensée de la co-existence, relationnelle et futurale, formulée en termes à la fois intra et inter-spécistes. Rédigé sous la direction de Divya Dwivedi (spécialiste de philosophie et de littérature, IIT Dehli), ce chapitre bénéficie des contributions de Michel Bitbol (philosophie des sciences, CNRS), Zeynep Direk (philosophie éthique, Koç U.), Giuseppe Longo (mathématiques, CNRS/ENS Paris), Shaj Mohan (philosophie), et Maël Montévil (biologie, IRI/U. Paris-1).

Although the significations of “chance”, “hazard”, “random”, and other terms lie in the same field of sense in many languages, they yield distinctly bound understandings without collapsing their differences into a singular sense of something like “chance”. Hence, this chapter brings together considerations of ontology, practical philosophy as well as philosophy of science. It examines “chance” and the diverse related terms with respect to the fundamental considerations of “ontology”, marking their distance from both theology and scientism. It also investigates the scope of the concepts of “chance” through an ontological clarification of questions pertaining to temporality, human action, responsibility, free will and destiny. It displaces the ontological questions pertaining to the concept of chance from the domain of claims about the reality of the world to the domain of claims about co-existence which is relational and futural in both intra– and inter-species terms. This chapter is edited by Divya Dwivedi (a specialist of philosophy and literature, IIT Delhi) and contains contributions by Michel Bitbol (philosophy of science, CNRS), Zeynep Direk (ethics, Koç U.), Giuseppe Longo (mathematics, CNRS, ENS Paris), Shaj Mohan (philosophy), and Maël Montévil (biology, IRI/U. Paris-1).

Ch. 7
Hasard et langue
Chance and language

Dir. / Ed. : Valentina Bisconti (U. Picardie)

Avec / With : Francesco Paolo La Mantia (U. Palermo), Didier Samain (U. Paris-3), Raffaele Simone (U. Roma-3)

 

Annexes [50 p.]

1. Bibliographie / Bibliography

2. Index

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search