“Loteries royales, les jeux de l’État et du hasard” (France Culture, 12/2020)

La société d’Ancien Régime a la fièvre du jeu : des rois aux artisans en passant par les domestiques, tout le monde joue. Si la Renaissance se passionnait pour les jeux d’extérieur, les XVIe et XVIIe siècles imposent les jeux de stratégie, de réflexion, de cartes et de plateau. Plus encore, c’est le jeu de hasard qui remporte un franc succès. Il fait l’objet de paris intéressés, jusqu’à devenir extrêmement rentable pour ceux qui en saisissent les mécanismes.

Tous ne sont pas heureux au jeu et les moralistes associent rapidement ces pratiques à un véritable fléau, générateur de misère économique et sociale. C’est aussi l’avis des théologiens, qui considèrent le jeu de hasard comme une sollicitation abusive de la providence : jouer est un péché. Ces réticences n’endiguent ni la passion du jeu, ni la convoitise de ceux qui en tirent profit. Au XVIIIe siècle, l’État devient l’opérateur et le bénéficiaire principal du jeu. La loterie royale est un succès, au point qu’elle est considérée comme un impôt volontaire extrêmement efficace et comme un palliatif budgétaire de premier plan. Comment le jeu a-t-il pu occuper une place aussi centrale dans la société d’Ancien Régime, malgré les réticences des moralistes et des théologiens ? Comment expliquer le jeu ambigu de l’État qui a profité de ces pratiques autant qu’il les a condamnées ?

[Écouter le podcast de l’émission sur le site de France Culture]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search