M. Amandio : « Le hasard, monstruosité à l’œuvre : “Double assassinat dans la rue Morgue” et “Le Mystère de Marie Roget” »


Manon Amandio, « Le hasard, monstruosité à l’œuvre : “Double assassinat dans la rue Morgue” et “Le Mystère de Marie Roget” » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/4019>

À la fois modèle et repoussoir1, le fait divers met en œuvre le hasard en même temps qu’il le détruit. À ce titre l’article de Philippe Hamon sur le traitement du fait divers au XIXe siècle porte essentiellement sur l’écriture romanesque et sur la recherche, par les romanciers, d’une cause qui pourrait expliquer un événement qui, dès lors qu’il en est dénué, est présenté comme invraisemblable. Ce paradoxe est aussi opérant, bien que sous des modalités différentes, dans la forme brève, comme le montrent certains articles de l’ouvrage dirigé par Guiomar Hautcoeur et Anne Teulade2, qui s’attache à explorer l’idée d’une « généricité » du hasard soulevée par Erich Köhler3 dans la première modernité.

C’est sur le caractère essentiellement duel du hasard que nous aimerions revenir ici, dans une réflexion sur l’articulation entre hasard et fait divers au XIXe siècle à partir de deux nouvelles policières d’Edgar Allan Poe, « Double assassinat dans la rue Morgue »4 et « Le mystère de Marie Roget »5. Bien qu’elles n’aient pas été publiées ensemble dans les Histoires extraordinaires, ces deux nouvelles préparent « La Lettre volée » et forment, avec celle-ci, « une sorte de trilogie »6 policière qui se déroule à Paris, ville dans laquelle l’auteur ne s’est jamais rendu.

Deux formes de hasard sont développées dans ces nouvelles. La première est une représentation intériorisée du hasard, proche de l’intuition et garante du génie de Dupin. La seconde est induite par les faits divers diffusés dans les journaux et encourage l’écriture sensationnelle menée par la presse.

Le hasard au cœur du génie Dupin ?

Le hasard est mentionné dès le début de « Double Assassinat dans la rue Morgue », première nouvelle de la trilogie policière d’Edgar Poe, lors du préambule explicatif sur l’intelligence de Dupin, un ami français du narrateur rencontré à Paris. L’intrigue policière est ainsi présentée comme un exemple qui viendrait illustrer l’intelligence si particulière du détective en évoquant successivement les échecs, le jeu de dame et le whist. C’est lors de ce dernier que le hasard prend une importance particulière :

Une parole accidentelle, involontaire, une carte qui tombe, ou qu’on retourne par hasard, qu’on ramasse avec anxiété ou avec insouciance ; le compte des levées et l’ordre dans lequel elles sont rangées ; l’embarras, l’hésitation, la vivacité, la trépidation, — tout est pour lui symptôme, diagnostic, tout rend compte à cette perception, — intuitive en apparence, — du véritable état des choses7.

Sans lien direct avec le crime ni avec un quelconque fait divers – c’est l’anglais « accidental » que Charles Baudelaire traduit ici par « hasard »–, le hasard est donc premièrement présenté comme dans son lien avec l’intime, une force intérieure qui viendrait déterminer certaines actions, au-delà du contrôle exercé par la raison humaine. C’est aussi un élément qu’il serait aisé de sous-estimer mais qui, s’il est remarqué par un autre joueur, peut avoir des conséquences importantes sur le reste de la partie.

Le rapprochement entre « hasard » et « accident » est également fait dans un paragraphe explicatif de la nouvelle « Le Mystère de Marie Roget », alors que Dupin s’attache à défendre la nécessité de mettre le hasard au premier plan dans une enquête :

L’histoire de la science humaine nous montre d’une manière si continue que c’est aux faits collatéraux, fortuits, accidentels, que nous devons nos plus nombreuses et nos plus précieuses découvertes, qu’il est devenu finalement nécessaire, dans tout aperçu des progrès à venir, de faire une part non-seulement très-large, mais la plus large possible aux inventions qui naîtront du hasard, et qui sont tout à fait en dehors des prévisions ordinaires. Il n’est plus philosophique désormais de baser sur ce qui a été une vision de ce qui doit être. L’accident doit être admis comme partie de la fondation8.

Ici le hasard n’est plus considéré dans sa relation à l’intimité de la pensée, mais comme une considération extérieure qui échappe à l’interprétation, une absence de cause évidente. C’est, comme l’explique Dupin, la prise en compte de l’incertitude qui va permettre d’avancer vers la résolution de l’enquête. Garante de la supériorité intellectuelle de Dupin, la formalisation du hasard par le détective est présentée comme l’une des spécificités de sa réflexion, caractéristiques hors normes parfois désignées dans leur étrangeté et qui font ainsi du génie une figure anormale.

Ces spécificités motivent le comportement du détective et modèlent son quotidien. À ce titre la première démonstration de l’intelligence de Dupin a lieu alors que les deux acolytes se promènent « au hasard » dans les rues de Paris. Traduite de l’anglais « roaming« , la mention du hasard renvoie ici à un amour de la nuit par Dupin, auquel le narrateur succombe, et qui rapproche le détective d’autres génies malades des récits de Poe, comme par exemple Roderick Usher. À ce titre le domicile des deux amis, « une maisonnette antique et bizarre que des superstitions dont nous ne daignâmes pas nous enquérir avaient fait déserter, – tombant presque en ruine, et située dans une partie reculée et solitaire du Faubourg Saint Germain »9, n’est pas sans rappeler la maison Usher, bien qu’elle soit située dans un milieu urbain et que ses propriétaires ne s’enferment que de jour.

Cet amour de la nuit qui fait du génie de Dupin une « intelligence malade »10 semble être oublié dans « Le Mystère de Marie Roget ». Dans ce récit qui se déroule deux ans après le mystère de la rue Morgue, le hasard est aussi mentionné, mais pour masquer une intention lors d’une interaction sociale. Fatigué des discours de son ami, le narrateur se « hasard[e] à l’aventure une observation sur la nuit qui s’avançait et amenait le sommeil »11. Et au couple d’amis qui rôde dans la nuit parisienne succède deux petits garçons qui s’aventurent dans les bois et découvrent « par hasard »12 les vêtements et accessoires qui appartiennent à la victime.

Ces éléments font du « Mystère de Marie Roget » une suite discontinue de la rue Morgue qui propose à la fois un prolongement des occurrences du hasard tout en décuplant les usages de la notion au XIXe siècle, comme le montrent les deux traductions de Baudelaire. Cette esthétique du dédoublement est caractéristique de l’écriture de Poe13. Le caractère répétitif et la mise en abyme du fait divers dans la suite de la première nouvelle policière expliquent aussi l’absence de la nouvelle « Le meurtre de Marie Roget » dans le recueil Histoires extraordinaires, puisque c’est à cause de cette esthétique de la répétition que Baudelaire n’a pas été en mesure de publier la trilogie dans son ensemble14. Pourtant, c’est à travers la répétition et la variation de certains schémas que la suite de « Double assassinat dans la rue Morgue » propose de rejouer la question du hasard dans le fait divers tout en déployant les univers fictionnels permis par celle-ci.

La troisième occurrence du hasard traduit l’anglais « hazardous » et désigne la démarche du meurtrier, que Dupin tente de comprendre15. Mais elle advient aussi à un moment où Dupin affirme avoir peut-être déjà trouvé la résolution de l’enquête. Il se peut donc qu’il mette en scène la révélation finale, résolution de l’enquête qu’il avoue avoir déjà comprise16. L’extraordinaire advient non grâce à un événement surnaturel, comme il l’a précisé dès le début de son analyse, mais à un phénomène hors du commun qui survient dans le quotidien et en entraîne le bouleversement. À la lumière de ces occurrences, nous voyons que le hasard est principalement intériorisé dans les deux nouvelles. Cette subjectivation du hasard n’échappe pas au lecteur et constitue, par le biais de la mise en abyme provoquée par la représentation du fait divers, le ressort d’un sensationnel collectif.

Le hasard dans le fait divers, aux origines du sensationnel

La mise en récit du fait divers convoque implicitement le hasard comme ressort du sensationnel : cette causalité trouble, « minée par des forces qui lui échappent »17 est superposée à une multitude d’informations concernant la scène du crime, toutes ponctuées de détails sordides pour décrire le corps des victimes et rappeler la violence des meurtres. Encouragée par la brièveté de la nouvelle, cette superposition entraîne une saturation d’informations qui écrase le lecteur, l’empêchant ainsi d’enquêter par lui-même.

Ainsi, dans « Double assassinat dans la rue Morgue », le lieu du crime est habité de trois manières différentes au cours du récit, et sa description est démultipliée par les dépositions des personnes qui ont traversé cet espace ou bien qui ont perçu des voix qui proviennent de celui-ci, autant de narrateurs non fiables qui se contredisent les uns les autres et perdent le lecteur.

Le lieu du crime est décrit une première fois par le journal La Gazette des Tribunaux, lu après l’un de leurs vagabondages quotidiens dans les rues de Paris :

La chambre était dans le plus étrange désordre ; les meubles brisés et éparpillés dans tous les sens. Il n’y avait qu’un lit, les matelas en avaient été arrachés et jetés au milieu du parquet. Sur une chaise, on trouva un rasoir mouillé de sang ; dans l’âtre, trois longues et fortes boucles de cheveux gris, qui semblaient avoir été violemment arrachées avec leurs racines. Sur le parquet gisaient quatre napoléons, une boucle d’oreille ornée d’une topaze, trois grandes cuillers d’argent, trois plus petites en métal d’Alger, et deux sacs contenant environ quatre mille francs en or. Dans un coin, les tiroirs d’une commode étaient ouverts et avaient sans doute été mis au pillage, bien qu’on y ait trouvé plusieurs articles intacts. Un petit coffret de fer fut trouvé sous la literie (non pas sous le bois de lit) ; il était ouvert, avec la clef dans la serrure. Il ne contenait que quelques vieilles lettres et d’autres papiers sans importance18.

Les nombreuses informations livrées au lecteur renvoient à ce qui n’est pas montré, à l’extrême violence des actes perpétrés qui désigne en creux un meurtrier au physique hors normes. Cette désignation est d’autant plus suggérée dans la version originale car c’est l’adjectif « wildest » qui est utilisé pour qualifier le désordre de l’appartement. Suggérée de manière à ne pouvoir être perçue par le lecteur, la désignation implicite de la monstruosité annonce déjà la résolution de l’intrigue tout en ménageant la surprise finale.

Dupin confronte ensuite la scène décrite dans la Gazette à son enquête personnelle sur les lieux visités après sa lecture du journal. Il comprend ainsi que le tort de la police est de rechercher une cause. Or, pour résoudre l’intrigue, il faut prendre en compte la part de hasard qui la fonde tout en mettant de côté le « caractère excessif »19 renvoyé par la scène de crime. Et c’est à partir de ce constat que peut opérer la troisième description de la chambre dans une reconstruction de l’univers fictif intériorisée par Dupin, constitué de nouveaux détails sur les lieux du crime. Au travers de ces différentes descriptions de la scène de crime, Poe répète en même temps qu’il apporte de nouveaux éléments. C’est dans cet entre-deux fictionnel que le hasard prend forme.

Plusieurs formes de hasard existent donc dans l’univers des nouvelles de Poe : celui que formalise Dupin et celui, non formalisé, des lecteurs de faits divers, fondé sur une inexplicable superposition de détails sordides mentionnés par la presse. La subjectivation du hasard par les lecteurs de journaux est ainsi à la source d’un bouleversement collectif. C’est pourquoi dans « Le Mystère de Marie Roget », le narrateur prend soin de commenter, avant de faire le récit du crime, l’effet produit par le retentissement du meurtre sur les lecteurs parisiens :

L’atrocité du meurtre (car il fut tout d’abord évident qu’un meurtre avait été commis), la jeunesse et la beauté de la victime, et, par-dessus tout, sa notoriété antérieure, tout conspirait pour produire une intense excitation dans les esprits des sensibles Parisiens. Je ne me souviens pas d’un cas semblable ayant produit un effet aussi vif et aussi général. Pendant quelques semaines, les graves questions politiques du jour furent elles-mêmes noyées dans la discussion de cet unique et absorbant sujet20.

La place est ainsi donnée au bouleversement collectif provoqué par le fait divers, comme le confirme explicitement la remarque suivante, « l’absence totale de fil conducteur dans ce mystère ne faisait qu’accroître l’excitation populaire »21. Dans les deux récits, le hasard se manifeste donc aussi de manière implicite par la superposition d’informations sans causalité apparente. Puisqu’il fonde le récit du crime dans l’attente d’être expliqué, le hasard constitue la source du récit sensationnel constitué par le fait divers. Par la représentation de ces différentes formes de hasard dans ses nouvelles policières, l’une source d’une raison malade qui seule peut résoudre l’intrigue et l’autre qui invite à la démultiplication excessive d’informations, Edgar Poe met en œuvre la création d’une intrigue en même temps que le récit de l’intelligence susceptible de la résoudre.

En définitive, effectuées à un moment de diffusion massive de la presse au XIXe siècle, les traductions de Baudelaire nous ont permis d’analyser différents usages du hasard dans la forme brève à partir des deux nouvelles d’Edgar Poe. Il en ressort un double usage du hasard, à la fois thème et élément structural de ces deux nouvelles, phénomène intérieur qui détermine les possibilités narratives tout en préparant la résolution de l’intrigue.

À travers le personnage de Dupin, la mise en abyme du fait divers par Edgar Allan Poe propose une formalisation du hasard. Contrairement à la foule qui se laisse porter par la multitude d’informations diffusée dans les journaux, Dupin prend en compte la part de hasard lors de ses enquêtes et va jusqu’à en faire un élément fondateur pour leur résolution. Mais la brièveté de la nouvelle entraîne une modélisation particulière du hasard intériorisé, qui se manifeste notamment par la superposition d’informations multiples relayées par différents points de vue. Cette saturation informative à l’œuvre dans les nouvelles empêche la recherche d’une cause et reflète la multitude d’informations déployées dans le paysage urbain, tant par les lieux, comme le montrent les différentes représentations de la chambre dans « Double assassinat dans la rue Morgue », que par les individualités qui habitent l’espace et perçoivent des informations différentes. Le hasard serait renforcé par les configurations spatiales de la ville moderne. La mise en œuvre du hasard au sein de la ville moderne est donc permise par une multitude de subjectivités qui, comme le lecteur des nouvelles de Poe, subit le hasard du texte dans un mélange trouble de terreur et d’enthousiasme.


1 Philippe Hamon, « Fait divers et littérature », Romantisme, 1997, n° 97, « Le fait divers », p. 15. https://www.persee.fr/doc/roman_00488593_1997_num_27_97_3233

2 Guiomar Hautcoeur et Anne Teulade (dir.), « Contingence et fictions de faits divers (XVIe-XVIIIe siècles) / Contingency and Fictional News Stories (16th-18th centuries) », Études Épistémè, n° 37, 2020 <https://journals.openedition.org/episteme/7072>

3 Erich Köhler, Le Hasard en littérature. Le possible et la nécessité, Paris, Klincksieck, 1986.

4 Edgar Allan Poe, « Double assassinat dans la rue Morgue », Histoires extraordinaires, traduit de l’anglais par Charles Baudelaire, Paris, Michel Levy, 1869.

5 Edgar Allan Poe, « Le Mystère de Marie Roget », Histoires grotesques et sérieuses, traduit de l’anglais par Charles Baudelaire, Paris, Michel-Lévy Frères, 1871.

6 Edgar Allan Poe, Histoires extraordinaires, préface de Julio Cortázar, traduit de l’anglais par Charles Baudelaire, p. 91.

7 Edgar Allan Poe, « Double assassinat dans la rue Morgue », op. cit, p. 37 ; Edgar Allan Poe, The Murders in the Rue Morgue, Poe’s tales, London, Wiley & Putnam, 1846, p. 118 : “A casual or inadvertent word; the accidental dropping or turning of a card, with the accompanying anxiety or carelessness in regard to its concealment; the counting of the tricks, with the order of their arrangement; embarrassment, hesitation, eagerness or trepidation—all afford, to his apparently intuitive perception, indications of the true state of affairs.”

8 Edgar Allan Poe, « Le Mystère de Marie Roget », Histoires grotesques et sérieuses, traduit de l’anglais par Charles Baudelaire, Paris, Michel-Lévy Frères, 1871, p. 65. Edgar Allan Poe, “The Mystery of Marie Roget, a sequel to The Murders in the Rue Morgue”, op. cit., p. 179 : “The history of human knowledge has so uninterruptedly shown that to collateral, or incidental, or accidental events we are indebted for the most numerous and most valuable discoveries, that it has at length become necessary, in any prospective view of improvement, to make not only large, but the largest allowances for inventions that shall arise by chance, and quite out of the range of ordinary expectation. It is no longer philosophical to base, upon what has been, a vision of what is to be. Accident is admitted as a portion of the substructure.” Le discours de Dupin semble ici faire écho au développement de la notion de sérendipité dans le récit d’anecdote scientifique. L’émergence de ce paradigme au début de la modernité a notamment été théorisée dans un ouvrage dirigé par Anne Duprat et Frédérique Aït-Touati, Histoires et Savoirs. Anecdotes scientifiques et sérendipité aux XVIe et XVIIe siècles, Berne, Peter Lang, 2012.

9 Edgar Allan Poe, “The Murders in the Rue Morgue”, op. cit., p. 40 ; p. 120 : “a time-eaten and grotesque mansion, long deserted through superstitions into which we did not inquire, and tottering to its fall in a retired and desolate portion of the Faubourg St. Germain.”

10 Ibid., p. 42 : « Ce que j’ai remarqué dans ce singulier Français était simplement le résultat d’une intelligence surexcitée, — malade peut-être » ; p. 121 : “What I have described in the Frenchman, was merely the result of an excited, or perhaps of a diseased intelligence.”

11 Edgar Allan Poe, « Le mystère de Marie Roget », op. cit., p. 12 ; op. cit., p. 156 : “I hazarded an occasional suggestion as the night wore drowsily away.”

12 Ibid., p. 28 ; p. 79 : “by chance.”

13 Ils ont notamment été théorisés par Claude Richard dans son ouvrage Edgar Allan Poe, journaliste et critique, Paris, Klincksieck, 1978 et son article « Edgar Allan Poe et l’esthétique du double » dans Visages de l’angoisse, Centre du Romantisme anglais, textes réunis et présentés par Christian La Cassagnère, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1989.

14 Edgar Allan Poe, Histoires extraordinaires, op. cit., p. 91 : « Obligé de donner des échantillons variés des talents de Poe, j’ai craint la répétition ».

15 Edgar Allan Poe, « Double assassinat dans la rue Morgue », op. cit., p. 72 : « Remarquez bien, je vous prie, que j’ai parlé d’une énergie très-peu commune, nécessaire pour réussir dans une entreprise aussi difficile, aussi hasardeuse » ; op. cit., p. 139-140 : “I wish you to bear especially in mind that I have spoken of a very unusual degree of activity as requisite to success in so hazardous and so difficult a feat.”

16 Ibid., p. 62-63 : « Bref, la facilité avec laquelle j’arriverai, — ou je suis déjà arrivé, — à la solution du mystère, est en raison directe de son insolubilité apparente aux yeux de la police ; p. 133 : “In fact, the facility with which I shall arrive, or have arrived, at the solution of this mystery, is in the direct ratio of its apparent insolubility in the eyes of the police.”

17 Roland Barthes, « Structure du fait divers », Essais critiques, Paris, Seuil, 1964, p. 192-193.

18 Ibid., p. 47-48 ; p. 124-125 : “The apartment was in the wildest disorder—the furniture broken and thrown about in all directions. There was only one bedstead; and from this the bed had been removed, and thrown into the middle of the floor. On a chair lay a razor, besmeared with blood. On the hearth were two or three long and thick tresses of grey human hair, also dabbled in blood, and seeming to have been pulled out by the roots. Upon the floor were found four Napoleons, an ear-ring of topaz, three large silver spoons, three smaller of métal d’Alger, and two bags, containing nearly four thousand francs in gold. The drawers of a bureau, which stood in one corner were open, and had been, apparently, rifled, although many articles still remained in them. A small iron safe was discovered under the bed (not under the bedstead). It was open, with the key still in the door. It had no contents beyond a few old letters, and other papers of little consequence.”

19 Ibid., p. 62 ; p. 133 : “the outré character of its features”.

20 Edgar Allan Poe, « Le Mystère de Marie Roget », op. cit., p. 8 ; op. cit., p. 154 : “The atrocity of this murder, (for it was at once evident that murder had been committed,) the youth and beauty of the victim, and, above all, her previous notoriety, conspired to produce intense excitement in the minds of the sensitive Parisians. I can call to mind no similar occurrence producing so general and so intense an effect. For several weeks, in the discussion of this one absorbing theme, even the momentous political topics of the day were forgotten.”

21 Ibid., p. 9 ; p. 155 : “owing to the continual absence of all clue to the mystery, the popular excitement greatly increased.”


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search