S. Chevalier : « Prendre des risques, conjurer la chance : paris et jeux d’argent du local au global (projet de recherche en cours) »


Sophie Chevalier, « Prendre des risques, conjurer la chance : paris et jeux d’argent du local au global (projet de recherche en cours) » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/3794>

Si la question des paris et jeux d’argent surgit régulièrement dans le débat public, elle se concentre le plus souvent autour des problèmes des addictions. Le jeu excessif occupe ainsi de nombreux chercheurs – psychologues, cognitivistes, psycho-sociologues. Et parfois sur le poids économique très important de ces pratiques ludiques : 48 milliards d’euros ont été misés pour les paris et jeux d’argent en 2018, 200 euros en moyenne par Français. Il ne peut pas être négligé, et toute approche se doit de considérer les opérateurs et la façon dont ils se réorganisent non seulement au niveau national – la privatisation de la Française des Jeux en est un bon exemple, mais aussi leur internationalisation. Car l’offre ludique globale proposée aux joueurs français est rendu possible par ce phénomène ainsi que par la financiarisation accrue de cette industrie. Le développement de celle-ci, son nouveau fonctionnement, devrait conduire à repenser la séparation historique entre jeu d’argent et pari, marché financier et spéculation, objet aujourd’hui de nombreux débats parmi les chercheurs anglo-saxons.

Ces phénomènes récents s’inscrivent ainsi dans une histoire qui mêle étroitement le politique et l’économique. En effet, il est intéressant de noter que l’institutionnalisation – et la légalisation – des paris et des jeux d’argent, a été un processus long qui a pris place partout dans le monde dès la fin du XVIIIe siècle en France, principalement durant les XIXe et XXe siècles, même si bien sûr ils ont toujours existé de manière informelle de parier et de jouer pour de l’argent. Cependant, le contrôle sur ces pratiques a toujours été important de la part des États, et objets de discussions publiques. Elles ont conduit à la construction d’une figure du parieur et du joueur, masculine et féminine, qui s’est beaucoup transformée ces cinquante dernières années.

Par ce projet, nous souhaitons ouvrir un nouvel axe de recherche au sein de l’anthropologie en France autour des paris et des jeux d’argent dans les sociétés contemporaines, et ceci dans une perspective comparative : par la formalisation de connaissances empiriquement fondées et théoriquement solides sur les pratiques des parieurs et joueurs, les rapports à l’argent des jeux et les prises de risques; par le compréhension de la circulation accrue de ces pratiques par leur virtualisation, et les processus de financiarisation et de globalisation de ces industries. Enfin par le désir d’animer une équipe de recherche, d’entrer en dialogue avec des collègues étrangers en créant un réseau autour de ces questions ; de valoriser ces connaissances de terrain et ses réflexions auprès des professionnels des jeux d’argent.

Peu de recherches s’attardent à décrire et à appréhender les pratiques elles-mêmes des joueurs et des parieurs, qui ne peuvent pas toutes, loin de là, être qualifiées de pathologiques. Il nous semble que l’approche ethnographique nous permet d’appréhender ces pratiques dans une configuration sociale et économique d’activités dont les liens n’apparaissent pas de premier abord, mais nécessitent une immersion dans le milieu des parieurs et joueurs d’une part, mais aussi dans celui des opérateurs d’autre part. Car la connaissance anthropologique se construit dans l’interaction avec les acteurs, situés, dans notre cas, à différentes échelles de l’industrie du pari et jeu d’argent.

Ainsi entretiens et observations ethnographiques nous permettront de comprendre tout d’abord la socialisation au monde des jeux d’argent et les « carrières » de parieur ou parieuse, la façon dont les acteurs se représentent leur activité de jeu qui sont souvent multi-ludique ; la place que prend celle-ci dans leur vie familiale et sociale, et leur rapport à l’argent ; la construction des connaissances pour conjurer la chance ; et comment ces activités se déploient-elles entre l’échelle des pratiques quotidienne et l’offre ludique globale. Notre recherche intègre aussi une réflexion sur la virtualisation croissante des paris et des jeux d’argent – inhérente à leur internationalisation. Ces transformations n’influent pas seulement sur les pratiques individuelles, mais elles ont des conséquences sur celles des opérateurs, et enfin sur les événements qui les sous-entendent, sportifs et la filière hippique, par exemple. Nous rencontrerons donc les acteurs de cet industrie à différents niveaux et nous suivrons leur trajectoire professionnelle, et souvent géographique ; et nous travaillerons sur les archives des opérateurs. Car l’analyse du rapport au risque, de la circulation d’informations, des croyances et des techniques à différentes échelles, tant chez les parieurs que chez les opérateurs, permet de penser, à partir de l’angle inédit du pari et du jeu, la mondialisation économique.

Nos précédents travaux ont exploré – sur des terrains différents et sur des thématiques distinctes – des questionnements anthropologiques sur les pratiques économiques, en particulier sur les circulations des marchandises, des idées et des humains, induites par la mondialisation, que nous avons toujours analysé en partant du point de vu des acteurs eux-mêmes. Plus spécifiquement, une étude encore en cours en Afrique du Sud sur le monde social des courses hippiques1 nous a introduit à une réflexion sur les paris et jeux d’argent, dans un contexte fortement influencé par le modèle britannique, et qui s’inscrit peu à peu dans une circulation globale, en lien avec son histoire coloniale. Nous souhaitons mener notre étude afin de mettre en lumière les spécificités du cas français, en regard aussi d’autres recherches menées à l’étranger, en particulier au Royaume-Uni, et celles que nous avons en cours en Afrique du Sud.

Ce projet s’inscrit résolument donc dans une dimension comparative, sur un objet négligé par l’anthropologie française. Nous en serons la principale chercheuse, mais avec une équipe composée d’anthropologues, de sociologues et de géographes.

I. Paris et jeux d’argent : quelles pratiques ?

Il existe cinq grandes familles d’activités ludiques légales qui sont respectivement : les paris hippiques, jeux de loterie (tirage et grattage), les paris sportifs, le poker et les activités de casino (machines à sous, jeux électroniques, etc.). Nous nous intéressons à toutes les formes de paris, aux jeux de loterie et à certains jeux électroniques dans la mesure où ils sont localisés dans les mêmes lieux que ceux des paris et jeux ; mais nous laissons de côté les activités de casino et le poker qui soulèvent d’autres questions (lieux, pratiquants, etc.).

Dans nos études précédentes, nous sommes partis des paris hippiques, sur les animaux – qui sont avec la loterie, les formes les plus anciennes d’activités ludiques d’argent. Comme partout, en France, les paris hippiques ont été mises en concurrence avec ceux qui portent sur les autres sports (football, rugby, cricket, etc.), ainsi bien sûr qu’avec les pratiques de jeux et de paris en ligne. La plupart des études considère les différentes pratiques de jeux d’argent de façon séparée : ici nous nous proposons de les comparer les unes aux autres dans notre enquête, et aussi de prendre en considération les multi-parieurs et joueurs. C’est-à-dire des individus qui parient à la fois sur des courses animales et sur des sports, et qui jouent à d’autres jeux d’argent ; soit de façon concomitante, soit dans une sorte de déroulement de carrière d’un joueur/parieur. Un tel projet comparatif a une dimension pionnière pour plusieurs raisons, dont la première est qu’il prend en compte l’ensemble des dimensions de ces pratiques. Notre approche de ces pratiques comprendra deux volets :

I.1. Socialisation et carrière

Ce volet, inédit, porte sur les processus de socialisation aux paris et aux jeux d’argent, tels que décrits par les individus eux-mêmes. On s’intéressera à la façon dont les acteurs en sont venus à parier ou acheter des cartes à gratter, dans quels lieux ; et à la dimension sociale de l’initiation à ces pratiques. Quelles sont les différences entre les hommes et les femmes ? Car si les chiffres font apparaître les parieuses et les joueuses, nous ne savons rien de ce qui les a amenées à ces pratiques, ou même comment elles les considèrent ; et quelle place elles occupent dans ce monde des paris et jeux d’argent.

La socialisation introduit à une « carrière », prise au sens sociologique : un jeu peut conduire à un autre, parier sur le foot à parier sur les chevaux, acheter un billet de loterie à une carte à gratter, etc. Comment devient-on un parieur et un joueur, régulier ou occasionnel, comment combine-t-on – ou pas – les différents jeux ou paris ? Est-ce que les pratiques des femmes diffèrent de celles des hommes ? Autant de questions sans réponses jusqu’à présent qui devront intégrer des variables telles que la classe sociale, le genre et le groupe d’âge. Une autre dimension de la pratique, qui ne peut être appréhendée que par les observations, est la sociabilité qui l’entoure dans les lieux semi-publics (bars, hippodromes, par exemples) et le rôle qu’elle a dans le développement de la carrière. Les entretiens permettent de comprendre comment jeux et paris s’insèrent dans la vie amicale des personnes, mais aussi dans leur vie conjugale et familiale. Notre ethnographie sud-africaine fait apparaître des pratiques plutôt individuelles, dont le couple et les familles sont tenus à distance : mais est-ce le cas partout, pour toutes les types de jeux et pour toutes les classes d’âge ?

I.2. Comment définir sa pratique : un vrai travail ?

Cet aspect souvent « caché » ou « secret » des pratiques de paris et de jeux d’argent est à mettre en lien avec leur histoire, leur image publique comme activités, mais aussi celle de la figure du joueur/parieur. Ce contrôle strict sur les paris, et les jeux de hasard, que l’on retrouve presque partout dans le monde, s’inscrit historiquement dans une dimension religieuse et idéologique. Deux aspects sont en effet problématiques : le premier, lié à la pratique de la monnaie que cela implique – les historiens savent bien que la manipulation de la monnaie a été réservée pendant longtemps à des groupes particuliers dans la société. Et le second aspect est celui de la dimension prédictive des jeux de hasard et des paris qui est prohibé par certaines religions ou du moins marginalisée. On peut rappeler là les travaux qui ont été mené sur l’introduction des assurances-vie en Amérique du Nord, et les résistances à ce que l’on considérait comme un « pari » sur sa durée de vie, décision réservée à Dieu. Sans pouvoir développer beaucoup mon argument ici, on va dire que l’expérience de l’argent est encore aujourd’hui censée être liée au travail. Ainsi Margaret Thatcher lors des discussions au sein de son parti sur la possible introduction d’une loterie nationale dans les années 90, s’y opposait fermement, invoquant la contradiction que cela représentait de gagner de l’argent « sans effort » alors qu’elle essayait d’instiller un nouvel esprit d’entreprise parmi ses concitoyens. Son successeur introduira une loterie nationale en 1994. Mais cette méfiance n’est pas spécifique au capitalisme, dès l’avènement de la Chine communiste, jeux d’argent et paris seront immédiatement bannis et ceci jusqu’à aujourd’hui ; les joueurs se retrouvent à Macau, et les parieurs à Hong Kong.

Caillois lui-même oppose jeu et travail. Pourtant, certains travaux anglo-saxons ont montré que les parieurs décrivent leurs activités, surtout celles en lien avec les paris hippiques, comme exigeant des connaissances spécifiques, « cachées » au novice, et qui sont les fruits d’un vrai travail. Ainsi les turfistes se reconnaissent une expertise particulière, et les entretiens menés dans les points de vente par des collègues au Royaume-Uni, montrent qu’ils considèrent un peu comme une aristocratie parmi les parieurs et que parier est proprement un « travail », reposant sur une longue acquisition de connaissances, en opposition aux maigres compétences requises pour les paris sportifs, selon eux. Dans cette hiérarchie, les paris sur les courses seraient celles qui demanderaient le plus de connaissances, alors que les machines à sous ne reposeraient que sur la chance, avec les paris sportifs occupant une place intermédiaire. Le gain éventuel serait donc dans cette perspective, le « salaire » mérité de leur labeur et de leur prise de risque. Ces discours montrent bien la prégnance idéologique du lien entre travail et rémunération.

Nous nous intéresserons donc à la définition de la pratique – et de la situation – par les acteurs eux-mêmes, et la façon dont ils se considèrent dans la situation de pari et de jeu. Est-ce que les parieurs et joueurs français considèrent que leurs activités requièrent du travail et est-ce qu’ils créent une hiérarchie entre les différentes formes de paris et de jeux ? Autant de questions qui demandent à être explorées plus finement en comparant les données collectées sur d’autres terrains d’enquête avec ce que nous pourrons appréhender de la situation en France.

II. Un argent « marqué » ?

Quels sont les rapports sociaux à l’argent des parieurs et joueurs, comment socialisent-ils leurs gains ? Tout d’abord, au grand regret des opérateurs, la grande majorité des gagnants souhaitent toucher leurs gains en cash : en d’autres termes l’ouverture de comptes sur lesquels les gains éventuels des paris pourraient être versés ont peu de succès. Comme le dit un rapport du PMU, « les turfistes sont viscéralement attachés aux paris en espèces ». Deux conséquences pour l’opérateur suite à ce constant : la difficulté de lever l’anonymat des parieurs et joueurs nécessaire à la lutte contre le blanchiment d’argent, réclamé par l’Etat ; mais aussi que le paiement des gains en liquide incite à les rejouer immédiatement. Et nos enquêtes en Afrique du Sud montre que cela pose aussi des problèmes de sécurité pour les points de vente. Pourquoi donc cet attachement si fort à la matérialité de l’argent ?

Notre hypothèse est que l’argent des paris et des courses est considéré de manière particulière, par ceux qui jouent ou parient, qu’il fait l’objet d’une socialisation particulière. Même si par définition l’argent est anonyme, interchangeable et virtuel, les anthropologues et sociologues ont montré qu’il est parfois « socialisé ». Nous essaierons de comprendre la façon dont l’argent de ces gains est traité, s’il est intégré au reste du budget du ménage par exemple, ou s’il est uniquement utilisé pour être réinvesti dans d’autres paris ou jeux, ou pour des dépenses particulières. En d’autres termes, est de l’argent dédié à une activité dans laquelle la contingence et la chance ont une place importante ? On pourra aussi s’interroger sur ce que dépenser son argent dans un pari ou un jeu signifie : n’est-ce pas aussi s’insérer dans un marché spécifique comme un participant actif, alors que la plupart des acteurs a une relation quotidienne « passive » à l’argent – ils reçoivent des salaires, des pensions ou allocations – et ils ont des dépenses contraintes (loyer, alimentation, etc.) ? Pourrait-on considérer – en opposition à une approche moralisatrice ou misérabiliste – qu’en pariant, on se bat contre le sort, son sort et on prend des risques ? Et que même si l’on perd, on a fait une expérience « active » de l’argent ? Sans aller bien sûr jusqu’à considérer le fait de parier ou de jouer comme un acte d’émancipation. Ce rapport à l’argent devra être mis en regard des transformations économiques néolibérales pour comprendre comment il s’y insère.

III. Construire des connaissances pour conjurer la chance

Comment fait-on son choix, comment se construit la connaissance qui permet de parier ou jouer en conjurant la chance ? Comment est-ce que les parieurs et joueurs décrivent-ils la façon dont ils construisent leurs connaissances ?

Une de nos interrogations portera sur l’articulation entre, d’une part, des connaissances contextuelles, et parfois directes avec les différents acteurs des courses, humains et non humains, et avec des lieux particuliers. Une accumulation d’expériences, une observation du contexte, une attention à la régularité, peut-être d’ailleurs une connaissance dont l’acteur n’a souvent pas vraiment conscience et qui ne s’appréhende par le chercheur que par l’observation. Et d’autre part, avec l’utilisation par les acteurs des nombreux prescripteurs, de l’ensemble de données, écrites comme les programmes des courses, des journaux spécialisés ; d’images télévisées ; et de chiffres, des statistiques qui peuvent être « moulinées » par des logiciels spécialisés, par des algorithmes qui vous prédisent des gagnants, de noms de pur-sang ou d’équipe sur lesquels miser. Quelle importance les acteurs accordent-ils aux chiffres et au calcul de probabilité dans leur pratique : est-ce qu’ils s’y fient pour remporter la mise ? Vont-ils au-delà du déchiffrement mathématique du réel, le modulent-ils par un retour vers le contexte, vers le présent : est-ce qu’il a plu la nuit dernière ? Ce cheval ne s’est-il pas blessé lors d’une course antérieure ? Le joueur vedette est-il présent ? Pour le dire autrement, comment questionnent-ils les données statistiques prédictives pour qu’elles s’actualisent potentiellement dans le sens voulu par l’acteur.

La question se pose alors de la virtualisation des paris, en particulier de l’irruption d’internet puisque le PMU propose depuis 2003 un site de pari en ligne, et depuis quelques années d’autres paris en ligne, comme les paris sportifs et le poker. En France, la loi de 2010 a organisé une ouverture à la concurrence du marché légal en ligne dans les jeux de hasard, les paris hippiques et sportifs, et le poker avec de nouveaux opérateurs, des « bookmakers » qui a mis fin au monopole du PMU et de la FDJ même s’ils gardent le monopole sur les points de vente. Dans les faits, les chiffrent montrent que la plupart des parieurs et joueurs préfèrent se rendre dans un bar PMU ou son équivalent : en effet, même si les possibilités de parier sans sortie de chez soi se sont développés, par exemple 90% des paris hippiques en France se prennent dans les points de vente. En reprenant un terme d’un rapport de l’Observatoire des jeux, « l’univers des turfistes résistent au numérique »2. Cette réticence pourrait être attribuée à la classe d’âge qui parie sur les chevaux, mais cela ne vaut pas pour la loterie, par exemple. En réalité, seuls 10% des dépenses de jeux et paris sont fait sur internet, même si les paris sportifs (football et tennis) connaissent une grande croissance encouragée par les nouveaux opérateurs dont les Parisiens ont pu voir les campagnes répétées de publicité dans le métro. Sans qu’on puisse apporter une réponse à cette réticence qui rejoint celle de l’argent des gains en liquide pour l’instant, sans conduire, nous semble-t-il une enquête ethnographique.

Peut-être devrait-on constater que tout simplement, malgré les possibilités qui leur sont offertes, de nombreux parieurs et joueurs tiennent à participer à une sociabilité, à échanger autour des courses ou des matchs dans un monde social extérieur à leur famille ? Autour d’images, de commentaires à propos des conseils de spécialistes – même si parier semble être une activité individuelle – on parie pour soi.

IV. Miser ici sur là-bas : une offre ludique globale

Qu’est-ce que cela signifie de parier sur des événements qui prennent place à des milliers de kilomètres de son domicile ? Quelles sont les représentations qui sont construites par les acteurs de cette échelle géographique ? Comment se construit le lien à la réalité d’un territoire et à son extension imaginaire ? D’autant que parieurs et joueurs sont plutôt réticents à utiliser internet ? Des accords entre opérateurs permettent de parier sur des événements sportifs et des courses qui se tiennent partout dans le monde. Donc une globalisation très rapide, aidée surtout par la circulation des images, et par les possibilités d’internet.

Qu’en est-il pour les paris pris sur des courses à Dubaï quand on est à Paris, sur un match de football à Manchester quand on est à Nairobi ? Ou même d’acheter un billet pour la loterie grecque à Johannesburg comme nous l’avons observé ? Tout d’abord, le monde des courses, et celui des sports, s’inscrivent dans des réseaux de circulation des humains, des chevaux et de l’argent, qui sont anciens, mais qui ont pris une nouvelle ampleur avec le développement des technologies de la communication. En d’autres termes, le parieur peut suivre la carrière d’un footballeur ou d’un cheval, et accéder à des données contextuelles, en tirant des enseignements de son expérience locale. Seuls les parieurs pourront répondre à ces questions et nous dire si la distance géographique implique une plus grande prise de risque.

En effet, la relation de confiance est au cœur des relations entre le joueur ou le parieur et l’opérateur. D’une part, la représentation des courses ou des jeux proposés, soit sous la forme classique de chiffres, soit accompagnés de discours ou d’images doit conduire à croire que ce qui vous est montré, et sur lequel vous allez parier, correspond à la réalité d’une course, par exemple. Il existe donc un ensemble de conventions sociales et culturelles du rapport entre le réel – la course, le match – et sa représentation qu’il convient de décrire finement, et qui conduit probablement à une standardisation de la pratique elle-même qui prend aujourd’hui une dimension globale : dans l’organisation temporelle des courses hippiques, par exemple. D’autre part, vous devez croire que le pari que vous allez faire pourra avoir un effet dans la réalité, pourra d’une certaine manière s’actualiser et que vous allez pouvoir encaisser des gains si vous en avez ! Cette « croyance » n’inclut pas la certitude du gain mais l’espoir de gagner : la cote proposée doit reposer sur une représentation « plausible » d’une réalité, mais dont la finalité n’est pas fixée.

La multiplication des images sportives et de courses auxquelles sont confrontés parieurs et joueurs, de lieux géographiques lointains et inconnus d’eux, évoque des univers qui se construisent en réseaux et dans lequel on peut poser l’hypothèse qu’ils veulent y trouver leur place par leur activité de jeu et de pari. Car parier sur des courses lointaines, ou des matchs à des milliers de kilomètres de chez soi, pourrait être considérer comme nouer des relations – certes virtuelles – avec ces lieux et leurs acteurs, et se placer soi-même parmi eux. Cela serait participer au monde global sportif qui les entoure, dans la société, et ceci de manière active, en entrant dans un vaste espace-temps ludique. A tel point que distinguer entre le local et le global n’aurait plus vraiment de sens.

Cependant, on pourrait penser, un peu rapidement, que la proximité spatiale ne joue plus de rôle dans les choix et que les paris et ces jeux s’insèreraient dans une circulation globale, dans laquelle l’offre ludique semble infinie. Si l’on peut dire que la globalisation de ces pratiques économiques et ludiques devient une réalité, elles s’inscrivent, à différentes échelles, mais dans des réseaux et dans des circulations spécifiques, locaux et régionaux, mus par leurs propres logiques. Argent, paris, modèles et représentations, individus, chevaux, etc. ne circuleraient pas nécessairement dans les mêmes sphères, même si celles-ci peuvent se recouper. La question est donc de s’interroger sur ces nouveaux espaces qui se construisent dans différentes parties du monde. Nous avons mené en 2018 une petite étude à Hong Kong (au Jockey Club) en suivant nos informateurs sud-africains, par exemple. D’autres études exploratoires sont en cours ont sur le PMU en Afrique francophone.

Ces dernières années, les sciences sociales ont commencé à s’intéresser à la globalisation des jeux d’argent et des paris, mais soit les approches choisies ont pris une perspective très large à la fois dans la géographie et l’histoire, soit elles sont très localisées autour d’une étude de cas, ou encore elles s’intéressent principalement à la légalité de ces pratiques. Ces travaux ne montrent pas l’existence de spécificités historiques et culturelles de ces réseaux de circulation. Cependant, ces travaux montrent qu’une grande partie des industries qui soutiennent ces activités de jeux et paris se sont globalisées, et parfois depuis longtemps ; et on assiste à un accroissement exponentiel de l’offre dans ce domaine.

La construction de cette nouvelle spatialité et de ces nouveaux « paysages » nous semble inhérente à certains processus financiers et économiques et elle nécessite d’être observée et étudiée afin d’appréhender leur configuration. De même avec l’important développement des jeux d’argents et des paris, la nature des relations de cette industrie avec l’économie en général se trouve transformée.

V. Paris et jeux d’argent : un marché financier comme un autre ?

Les opérateurs de jeux et de paris construisent un marché, avec des « prescripteurs » – qui vont de journaux aux programmes informatiques. Deux systèmes coexistent : celui de la redistribution des gains – sur le modèle du PMU ou du Tote pour les pays anglo-saxons ; et celui des opérateurs privés (bookmakers) qui proposent des cotes à leurs clients – aujourd’hui en France sur internet (Unibet, Winamax, etc.). En effet, l’activité de ces opérateurs consistent à proposer à leurs clients des cotes qui sont des probabilités de succès – qui vont leur permettre de faire des choix et d’évaluer leurs gains. Ces cotes reposent sur des prédictions basées sur des algorithmes : les chiffres sont au cœur des paris et participent à une représentation de la réalité sous la forme d’un modèle mathématique informatique, à tendance universelle. Si les entretiens menés avec certains opérateurs hippiques sud-africains montrent qu’ils articulent ces calculs avec ce qu’ils savent des contextes spécifiques des courses qu’ils évaluent, en prenant en compte un certain nombre de contingences. Leurs jugements se basent donc en partie, sur l’expérience, et sur l’appartenance à un milieu professionnel –même d’ailleurs s’ils se nomment eux-mêmes « traders ».

En revanche, d’autres recherches démontrent une tendance récente opposée : les nouveaux opérateurs qui entrent sur ce marché des paris hippiques construisent leurs cotes de plus en plus sur les actions, ou inactions, des autres acteurs de ce marché plutôt que les capacités de chevaux ou l’analyse d’autres éléments contextuels liés à la filière. Ces entreprises sont souvent complètement étrangères aux activités sur lesquelles elles proposent des paris – comme par exemple la filière hippique en Afrique du Sud qui connaît un processus de concentration et de financialisation inédit dans son histoire.

Les historiens, en particulier, ont montré le long processus qui a conduit à distinguer et séparer les jeux d’argent et paris des spéculations financières durant le 19e et le début du 20e siècle. Ainsi, historiquement les activités financières boursières ont toujours voulu se distinguer de tout ce qui est paris et jeux de hasard. Pourtant aujourd’hui, cette séparation entre ces deux sphères semble devenue plus instable et fluide, et elle est interrogée par la recherche en sciences sociales ; en lien avec l’introduction incessante de nouveaux jeux d’argent et une financiarisation de cette industrie. Ainsi ne pourrait-on poser tranquillement l’hypothèse que la différence entre les bookmakers et les traders de Wall Street qui proposent des produits financiers dérivés est plus dans le degré que de l’essence de l’activité ?

Des travaux récents montrent que ces nouveaux opérateurs de jeux d’argent ont la même approche que celle des traders qui s’occupent de dérivatifs sur les marchés financiers : les paris sur les courses et les compétitions s’inscrivent dans des marchés spéculatifs, de moins en moins basés sur les capacités des chevaux et des équipes sportives qui passent au second plan, et l’important est la position et l’action des autres acteurs humains sur ce marché, avec lesquels d’ailleurs ils entretiennent des liens. Pour ces deux industries, le calcul du risque pour conjurer la chance est au cœur de leurs activités ; qui procurent d’ailleurs toutes les deux du plaisir et de l’excitation face à une certain incertitude.

L’industrie des paris et des jeux d’argent est constamment à la recherche de nouveaux financements, soit en regardant vers de nouveaux lieux (en particulier l’Asie), soit vers de nouvelles industries (par exemple dans le domaine des media ou de la technologie de l’information). Des monopoles dans l’industrie des jeux et paris apparaissent, le plus souvent soutenus par les États pour qui se sont des sources de revenus fiscaux appréciables, même si l’internationalisation des opérateurs rend leur contrôle au niveau national compliqué. La question se pose à propos de la Française des Jeux dont la privatisation prend place au moment où nous écrivons ces lignes : l’État ne conservera que 20% du capital de l’entreprise. Ce processus constitue pour nous un cas d’école à scruter soigneusement, ainsi que toutes les transformations qu’il va entraîner. On peut remarquer d’ores et déjà que les appels à actionnariat comprennent des messages de prévention aux risques inhérents à une participation au marché financier qui sont similaires à ceux qui encouragent au jeu « responsable » !

Cette transformation de l’industrie des paris et jeux ne peut que changer les pratiques des « consommateurs », mais notre hypothèse, qu’elle va aussi modifier la figure publique du joueur/parieur. Les travaux d’historiens ont montré que, sous l’Ancien Régime, jeux et paris étaient condamné pour des raisons sociales et morales, car ils poussaient à négliger le travail et à remettre en cause l’ordre établi. Aujourd’hui, et surtout depuis les années 80, ces jeux d’argent sont considérés comme une menace pour l’individu qui peut alors devenir une victime – de lui-même, dans un ordre établi auquel il cherche à participer.


1 Financée entre 2016-2018 dans le cadre du GIS « Jeux et Sociétés ».

2 À ce propos, nous avons présidé le dernier congrès du CTHS – et prononcé la conférence d’ouverture – sur le thème du Le réel&le virtuel.


Références bibliographiques utilisées

Adams, P.J., 2008, Gambling, Freedom and Democracy, London, Routledge.

Belmas E., 2006, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne, Paris, Champ Vallon.

Bromberger, C. 2002, Passions ordinaires, Paris, Hachette, Coll. Pluriel.

Caillois, R. 1992 (1958), Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard.

Cassidy R. 2012. « Horse versus machine: battles in the betting shop ». The Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 18, n° 2, pp. 266-284

Cassidy R., Loussouarn C. and A. Pisac (eds.) 2013, Qualitative Research in Gambling: Exploring the production and consumption of risk, London: Routledge.

Chevalier, S. 2018, Vers une nouvelle spatialité des paris sportifs et des jeux d’argent ? Une approche comparative, Rapport de recherché, GIS “Jeux et Sociétés”.

Chevalier S. 2017, Construire des connaissances pour conjurer la chance ? Paris sur les courses animales et jeux d’argent, Rapport de recherche, GIS « Jeux et Sociétés ».

Chevalier S., 2018, « Les mondes sociaux des courses hippiques. Configurations humaines et équines à Durban et Dundee (KwaZulu-Natal, Afrique du Sud). In : Chevalier S., Wendling, T. Jouer avec les animaux, Ethnographiques.org, n°36.

De Goede, M. 2005. Virtue, Fortune and Faith: A Genealogy of Finance, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Fabian, A. 1990. Card Sharps and Bucket Shops : Gambling in Nineteenth-Century America. Ithaca, NY, Cornell University Press.

Huizinga, J. 1938/1988, Homo ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard.

Jahn, S. 2014, Le jeu d’argent en France : de la condamnation à la banalisation (1836- années 1960). Thèse de doctorat en histoire, Université de Jean Moulin, Lyon 4

Kingma, S. F. 2010. Global Gambling. Cultural Perspectives on Gambling Organizations. London, Routledge.

Knight F., 1921, Risk, Uncertainty and Profit, Boston, Houghton Mifflin.

Martignoni-Hutin, J.-P.1993. « Faites vos jeux ». Essai sociologique sur le joueur et l’attitude ludique. Paris, L’Harmattan.

McManus, P., Albrecht, G. and R. Graham, 2013. The Global Horseracing Industry. Social, economic, environmental and ethical perspectives. London, Routledge.

Reith, G. 2002. The Age of Chance. London, Taylor and Francis.

Trespeuch M. 2011. Du monopole à la concurrence sur Internet. L’exemple du marché français des paris en ligne, Revue Française de Socio-Economie, n° 8, pp. 39-58.

Trespeuch M. et Steiner P., 2013. Maîtriser les passions, construire l’intérêt. Les jeux d’argent en ligne et les organes humains à l’épreuve du marché, Revue Française de Sociologie, 54-1, pp. 155-180, 2013.

Trucy F. 2010. Projet de loi relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne. Rapport n° 209 (2009-2010) fait au nom de la commission des finances, déposé le 19 janvier 2010 http://www.senat.fr/rap/l09-209-1/l09-209-1.html

Zaloom, C. 2003. Ambiguous numbers: trading technologies and interpretation in financial markets. American Ethnologist, 30, pp. 258-72.

Zaloom, C. 2006. Out of the Pits. Traders and Technology from Chicago to London, Chicago, Chicago University Press.

Yonnet, P. 1999, Travail, loisir. Temps libre et lien social. Paris, Gallimard.

Zelizer V. A. 1994, The Social Meaning of Money, New-York, Basic Books.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search