S. Wit : « Le hasard littéraire / Literary Chance »


Sébastien Wit, « Le hasard littéraire / Literary Chance » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/3516>

Dans Romans du hasard (Presses universitaires de Rennes, 2019), je me suis attaché à montrer comment le hasard a été l’un des principaux objets de la poétique romanesque des années 1960. À partir des cas d’Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick et Marc Saporta, j’ai envisagé la manière dont des écrivains ont tenté de fabriquer un hasard littéraire.

Je propose ici de revenir – rapidement – sur quelques-uns des grands jalons de cette histoire du hasard en littérature depuis la fin du XIXe siècle.

L’intérêt des études littéraires pour le hasard remonte aux années 1970, notamment avec l’ouvrage fondateur d’Eric Köhler : Le Hasard en littérature (1973, trad. 1986). Partant de la tentative valérienne de définition du hasard, le critique y énonce l’axiome selon lequel : « Le hasard littéraire, c’est-à-dire le hasard dans la littérature n’est pas identique à celui du quotidien »1. Il a une « fonction esthétique », et c’est cette « justification esthétique » qu’il conviendrait d’examiner2. En 2008, Carsten Meiner poursuit une intuition similaire (quoique contradictoire avec la proposition de Köhler) en isolant complètement le hasard littéraire de toute appréhension philosophique, biologique ou mathématique du hasard. La « norme » du hasard littéraire ne serait « ni une régularité statistique ni un concept philosophique abstrait mais la vie quotidienne, les structures du comportement »3.

Systématiquement autonomisé, ce hasard littéraire rejoint les conceptions de la littérature héritées de la fin du XIXe siècle. Texte emblématique du hasard érigé en instance littéraire, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé s’inscrit dans ce mouvement historique d’autonomisation de la littérature vis-à-vis du réel que décrit William Marx dans L’Adieu à la littérature4. Dans sa lecture du poème de Mallarmé, Quentin Meillassoux ne défend pas une autre position lorsqu’il interprète le hasard selon un angle symboliste, le transformant ainsi en une porte vers un infini poético-métaphysique au sein duquel la métrique se mêle à une quête de l’absolu5. Appréhendé dans cette perspective, le hasard littéraire dispose d’une existence à part. Il cristallise le fossé entre le monde et l’œuvre, jouant de fait le rôle de barrière ontologique entre le flux des événements et leur absorption dans la trame du texte littéraire.

Référence incontournable de la pensée du hasard en littérature, le Coup de dés de Mallarmé induit la critique à insérer le hasard au sein de cette histoire littéraire de l’ « anti-forme » dont Ihab Hassan esquissait déjà les contours au moment des années 19606. Avec le hasard, l’œuvre littéraire abolit ses liens avec le réel, afin de devenir un pur objet esthétique régi par des règles, des normes qui lui sont propres. Or, dans un effet circulaire, cette approche qui autonomise les systèmes fictionnels littéraires vis-à-vis du réel, a pour effet – de façon mécanique – d’autonomiser également le hasard dès lors que ce dernier passe de la sphère concrète au monde de la représentation.

1 Voir Eric Köhler, Le Hasard en littérature. Le possible et la nécessité, trad. Eliane Kaufholz, Paris, Klincksieck, 1986, p. 12.

2 Voir id.

3 Voir Carsten Meiner, Le Carrosse littéraire et l’invention du hasard, Paris, Presses Universitaires de France, 2008, p. 219.

4 Cf. William Marx, L’Adieu à la littérature : histoire d’une dévalorisation (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Éditions de Minuit, 2005.

5 Cf. Quentin Meillassoux, Le Nombre et la Sirène : un déchiffrage du Coup de dés de Mallarmé, Paris, Fayard, 2011.

6 Cf. Ihab Hassan, « The Dismemberment of Orpheus: Reflections on Modern Culture, Language and Literature » dans The American Scholar, vol. 32, n° 3, 1963.


In Romans du hasard [Novels of Chance](Presses universitaires de Rennes, 2019), I set out to show how chance was one of the foremost elements of the poetics of the novel in the 1960s. Basing this study on the cases of Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick and Marc Saporta, I consider the way in which writers have attempted to fabricate literary chance.

In this article, I offer a brief overview of some of the key milestones in the history of literary chance since the end of the 19th century.

In literary studies, the interest in chance dates back to the 1970s, notably with the seminal work of Eric Köhler, Der literarische Zufall, des Mogliche und die Notwondigkeit (1973). Taking as his starting point the Valerian attempt to define chance, the critic states the following axiom: « Literary chance, that is to say chance in literature, is not identical to that of everyday life. »1 It has an « aesthetic function, » and it is this « aesthetic justification » that must be examined.2 In 2008, Carsten Meiner follows a similar intuition (and in some respects at odds with Köhler’s proposition) when he completely isolates literary chance from any philosophical, biological or mathematical understanding of chance. Accordingly, the « norm » of literary chance would be « neither a statistical regularity nor an abstract philosophical concept, but daily life, the structures of behavior. »3

Literary chance is thus systematically autonomized, converging with conceptions of literature inherited from the end of the 19th century. Mallarmé’s Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, an emblematic text in which chance is given literary agency, is part of the historical movement of literature’s autonomization with respect to the real, as described by William Marx in L’Adieu à la littérature [A Farewell to Literature].4 Quentin Meillassoux, in his reading of Mallarmé’s poem, defends the same position in his interpretation of chance from a symbolist perspective, transforming it into a door that opens onto a poetico-metaphysical infinity, in which metrics merge with a search for the absolute.5 Understood from this perspective, literary chance has its own existence. It crystallizes the gap between the world and the work, effectively acting as an ontological barrier between the flow of events and their absorption into the fabric of the literary text.

Mallarmé’s Coup de dés, an essential reference for the thinking of chance in literature, has lead criticism to insert chance within the literary history of « anti-form, » which Ihab Hassan outlined in the 1960s.6 Chance is the means by which the literary work abolishes its relations with reality, in order to become a pure aesthetic object governed by rules and standards that are specific to it. However, in a circular effect, this approach, which autonomizes fictional literary systems with respect to the real, also has the effect – mechanically so – of autonomizing chance when it passes from the sphere of concrete reality to the world of the representation.

1 See Eric Köhler, Le Hasard en littérature. Le possible et la nécessité, trans. Eliane Kaufholz, Paris, Klincksieck, 1986, p. 12.

2 See id.

3 See Carsten Meiner, Le Carrosse littéraire et l’invention du hasard, Paris, Presses Universitaires de France, 2008, p. 219.

4 Cf. William Marx, L’Adieu à la littérature: histoire d’une dévalorisation (XVIIIeXXe siècle), Paris, Éditions de Minuit, 2005.

5 Quentin Meillassoux, The Number and the Siren: A Decipherment of Mallarme’s Coup De Dès, trans. Robin McKay, Falmouth, Urbanomic, 2012.

6 Cf. Ihab Hassan, “The Dismemberment of Orpheus: Reflections on Modern Culture, Language and Literature,” in The American Scholar, vol. 32, n° 3, 1963.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search