C. Reggiani : « L’Oulipo et le hasard / Oulipo and Chance »


Christelle Reggiani, « L’Oulipo et le hasard / Oulipo and Chance » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/3502>


Mon intérêt pour la question du hasard tient à la position paradoxale des auteurs de l’Oulipo à cet égard : se définissant d’emblée par une hostilité envers une notion associée à l’esthétique surréaliste – contre l’écriture automatique, les Oulipiens se veulent (ou du moins se disent) anti-hasard –, les écrivains membres de l’Ouvroir ont cependant élaboré l’idée d’un hasard programmé, que sa dénomination de clinamen rattache, via Alfred Jarry et le Collège de Pataphysique, à l’héritage des atomistes antiques (le terme latin, qui traduit le grec parenklisis, est emprunté au De natura rerum de Lucrèce).

De façon générale, les pratiques oulipiennes de l’écriture ressortissent à un régime rhétorique du littéraire – au sens antique de ce mot de rhétorique (que rejoint du reste le « régime représentatif » défini par Jacques Rancière1) ; dans ce cadre, le hasard constitue l’autre de la règle – redénommée contrainte par l’Oulipo –, et ne semble d’abord devoir entretenir avec elle nulle relation dialectique, pour une raison qui tient au fond à l’histoire de la littérature (et plus précisément à celle des sociabilités littéraires).

Historiquement associé à la poétique surréaliste, le hasard fait en effet à l’Oulipo l’objet d’un rejet radical, où l’esthétique ne se sépare pas de l’éthique dans la mesure où Queneau, ancien surréaliste – qui avait réglé littérairement ses comptes avec le groupe de Breton dans le roman à clef Odile2 – et Le Lionnais fondent en 1960 l’Ouvroir de littérature potentielle sur une double relation, d’adhésion et d’exclusion, à deux modèles antérieurs, où le modèle positif que représente Bourbaki – du nom fictif désignant le groupe de mathématiciens anonymes qui entreprit, à partir des années trente, de reconstruire les mathématiques sur la base d’une théorie axiomatique des ensembles –, répond à l’antimodèle surréaliste.

Sur ce point, le discours théorique « indigène » est à la fois prolixe – la revendication de l’exclusion du hasard est maintes fois répétée – et apparemment dénué de la moindre ambiguïté, au point que ce refus du hasard peut sembler parfois brandi comme un étendard, qui dirait sinon le tout, du moins le principe même de la poétique oulipienne : « Nous lançons un défi au hasard » (Claude Berge3) ; ou encore, dans une formulation qui relie hasard et structure (puisque la structure occupe, dans les premières années de l’Oulipo, la place qui sera ensuite celle de la contrainte) : « La structure doit être cohérente. […] La structure a pour effet d’endiguer le hasard » (Jacques Duchateau4). La mathématisation de l’invention littéraire qui fait le propre de l’Ouvroir sert ainsi un fantasme de maîtrise – alors que rien, au fond, ne l’y prédisposait, au sens où le recours aux mathématiques pouvait aussi bien (et tout au contraire) conduire à mettre l’accent sur le probable, l’aléatoire, l’incertain… –, porté par la revendication d’une lucidité réflexive volontiers définie, en termes classiques, comme une attitude « non jourdanienne » envers l’écriture.

Or, les auteurs de l’Oulipo n’en ont pas moins développé une réflexion sur le contingent, voire l’aléatoire – outre le travail sur la génération automatique (informatique) de textes – qui a notamment pris, dans le cas de Perec, la consistance d’une véritable théorisation, via l’emprunt au Collège de Pataphysique de l’antique notion de clinamen.

On se propose par conséquent de partir de cette tension pour interroger les enjeux et les significations des usages, théoriques et poétiques, du hasard qui ont été ceux de l’Ouvroir de littérature potentielle depuis la création du groupe en 1960.

1 Jacques Rancière, La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature (1998), Hachette, coll. « Pluriel », 2005. Sur le classicisme oulipien, ou plutôt la posture classique qu’adoptent volontiers les Oulipiens, voir Claude Burgelin, « Quelques remarques sur le sujet oulipien en guise de préface », dans Marcel Bénabou, Jacques Jouet, Harry Mathews et Jacques Roubaud, Un art simple et tout d’exécution. Cinq leçons de l’Oulipo, cinq leçons sur l’Oulipo, Saulxures, Circé, 2001, p. 12.

2 Raymond Queneau, Odile, Gallimard, 1937.

3 Cité dans Jacques Bens, OuLiPo 1960-1963, Christian Bourgois, 1980, p. 136.

4 Op. cit., p. 245.


My interest in chance is related to Oulipo authors’ paradoxical position regarding this question. Although Oulipians define themselves from the outset through a hostile position towards a notion associated with surrealist aesthetics – they want to be anti-chance, against automatic writing –, they nonetheless developed the idea of​ programmed chance with the term clinamen, a term that connects them, via Alfred Jarry and the College of Pataphysics, to the heritage of the ancient atomists (this Latin term, which translates the Greek parenklisis, is taken from Lucretius’s De natura rerum).

In general, Oulipian writing practices fall under a rhetorical regime of the literary – in the ancient Greek sense of the word rhetoric (which is in agreement, moreover, with the “representative regime” as defined by Jacques Rancière1); in this context, chance constitutes the other of the rule – renamed as constraint by Oulipo – and does not seem at first to require any dialectical relation with it, for a reason that is fundamentally related to the history of literature (and more precisely to that of literary sociability).

Historically associated with surrealist poetics, chance is in fact subject to a radical rejection by Oulipo, for whom aesthetics are not separate from ethics, insofar as Queneau, a former surrealist – who had settled accounts with Breton’s group literarily in his a roman à clef, Odile2 –, together with Le Lionnais, founded the Ouvroir de littérature potentielle [Workshop of Potential Literature] in 1960 on a double relation, one of adhesion and exclusion, to two previous models. The positive model as represented by Bourbaki – whose fictitious name designated a group of anonymous mathematicians who, beginning in the 1930s, sought to reconstruct mathematics on the basis of an axiomatic set theory – is opposed to the anti-model of surrealism.

Regarding this last point, the “native” theoretical discourse of Oulipo is both verbose – the demand to exclude chance is repeated many times – and apparently devoid of the slightest ambiguity, such that the refusal of chance sometimes appears to be brandished as a banner that expresses the whole of Oulipian poetics, or at least its very principle: “We challenge chance” (Claude Berge3); or again, according to a phrasing that links chance and structure (since, in the first years of Oulipo, structure occupies the place that will later be that of constraint): “The structure must be coherent. […] The structure has the effect of curbing chance”(Jacques Duchateau4). The mathematization of literary invention inherent to the Ouvroir thus serves a fantasy of mastery – whereas nothing essentially predisposes this process, in the sense that the recourse to mathematics could just as well (or rather, on the contrary) lead to an emphasis on the probable, the random, the uncertain –, driven by the demand for a reflexive lucidity that is readily defined, in classic terms, as a “non-Jourdanian” attitude towards writing.

However, Oulipo authors have nonetheless developed a way to think about contingency, and even about the aleatory – in addition to working on the automatic generation (by computer) of texts – which, in Perec’s case in particular, grew into a full, consistent theorization, by borrowing the ancient notion of clinamen from the College of Pataphysics.

We thus propose to take this tension as a springboard for an interrogation of the issues and meanings of the theoretical and poetic uses of chance by Oulipo since the group’s creation in 1960.

1 Jacques Rancière, La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature (1998), Hachette, 2005. Regarding Oulipian classicism, or rather the classical posture willingly adopted by Oulipians, see Claude Burgelin, “Quelques remarques sur le sujet oulipien en guise de préface,” in Marcel Bénabou, Jacques Jouet, Harry Mathews and Jacques Roubaud, Un art simple et tout d’exécution. Cinq leçons de l’Oulipo, cinq leçons sur l’Oulipo, Saulxures, Circé, 2001, p. 12.

2 Raymond Queneau, Odile, Gallimard, 1937.

3 Cited in Jacques Bens, OuLiPo 1960-1963, Christian Bourgois, 1980, p. 136. [The original citation is: “Nous lançons un défi au hasard.”]

4 Op. cit., p. 245.


Vous aimerez aussi...