A. Duprat : “Hasard et représentation / Chance and Representation”


Anne Duprat, “Hasard et représentation / Chance and Representation” in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/2440>

Le hasard littéraire, c’est-à-dire le hasard dans la littérature n’est pas identique à celui du quotidien, que cette dernière dégage de sa particularité pour le transformer en généralité, en loi.

Cette intuition, développée par E. Köhler dès 1973 est au départ du projet. Nombre de poètes et de penseurs du hasard littéraire, à la suite de Valéry et des surréalistes, ont interrogé la dimension spécifiquement esthétique des nouvelles conceptions de la contingence induites au long du XXe siècle, notamment par la physique quantique et par la théorie du chaos, reconnaissant là les fils d’une réflexion entamée depuis le stoïcisme et l’épicurisme antiques sur la structure générale de la causalité, sur la place de la possibilité dans le jeu dialectique entre hasard et nécessité, ou encore sur la relativité d’un résultat par rapport à la position du sujet qui l’observe.

De même le renouvellement considérable de la réflexion sur le hasard dans l’histoire des sciences (Hacking 1975, Daston 1988, Ekeland 1984), en philosophie (Rosset 1977 et 1978, Rorty 1989, Meillassoux 2006) a été régulièrement prolongé dans le domaine littéraire (Vogt 2011, Lyons 2011) et dans les arts visuels (Desban 2009) par de nouvelles théories de la place occupée par les représentations littéraires dans l’évolution de nos perceptions de la contingence.

Plus récemment pourtant, cet intérêt a été lié à une exigence pragmatique grandissante de la société civile et des institutions à l’égard des chercheurs en sciences humaines, notamment depuis 2001 : celle de fournir des outils de pensée pour la prévision, la projection, le calcul et donc le contrôle d’un avenir globalement perçu comme menaçant. Née de l’émergence tardive des probabilités, qui fournissaient un outil de conversion de l’incertitude en risque calculable, cette exigence de prévision pèse bien sûr depuis le XVIIIe siècle sur les sciences dites dures (Delahaye 2010, Gauvrit 2009). C’est cependant aux spécialistes de sciences humaines que reviendrait la tâche de “calculer” ce que la complexité des représentations, des institutions et des comportements humains, et leur capacité de planification doit à l’aléatoire (Dupuy 2002). À eux donc de cerner les conséquences probables ou improbables de telle décision ou de tel comportement collectif ou individuel, et d’évaluer bien sûr les enjeux moraux de ces choix.

Cette exigence se heurte cependant à un obstacle : la nécessaire simplification des représentations concrètes du hasard et de la réception de ces représentations, lors de leur modélisation par les philosophes, les spécialistes de psychologie cognitive ou de sociologie. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les produits de l’art et notamment ceux de la littérature. Pour traiter un exemple de déterminisme social, un fonctionnement providentiel des causalités ou le caractère illusoire d’un apparent enchaînement de causes, les œuvres de Boccace, Shakespeare, Zola ou Borges qui les présentent doivent être simplifiées, et les mécanismes pragmatiques complexes de leur réception ramenés à une perception également simple et/ou directe de la situation fictive considérée comme situation naturelle. La puissance comique, pathétique ou tragique des présentations littéraires du hasard sont également affectées par leur modélisation.

La complexité poiétique de ces représentations, l’ampleur et la diversité des réactions de croyance, de persuasion, d’émulation, d’aspiration, de désir ou de rejet que suscite leur passage dans l’imaginaire des sociétés sont bien connues. Le projet “Figures du hasard” part de l’hypothèse que c’est dans l’épaisseur de ces significations, et dans la complexité des textes et de leur perception culturelle, dont l’analyse relève de la critique et de la théorie littéraire, que l’on peut étudier l’un des principaux modes de constitution subjective du hasard. Cette complexité propre à la présentation littéraire du hasard est essentielle à la compréhension de sa dimension esthétique, et celle-ci à son tour détermine la transformation culturelle de la contingence (comprise comme structure du réel) en hasard (cette même structure en tant qu’elle est perçue, simulée ou représentée).

C’est donc à l’exploration de cette densité de significations, de désirs et d’attentes propre à la construction littéraire (narratologique, spectaculaire, poétique, fictionnelle) des représentations, puis à leur réinsertion dans une phénoménologie du hasard, que sont consacrés les travaux interdisciplinaires du projet ALEA.


Literary chance, i.e. chance in literature, is not the same as everyday chance. Literature frees chance of its particularity and makes it into a general thing, into a law.

This idea developed by E. Köhler (1973) is at the core of this project. Many poets and philosophers after Paul Valéry and the Surrealists have investigated the specifically aesthetic dimension of the new conceptions of contingency that came with quantum physics and chaos theory in the 20th century. They also drew on philosophical traditions that go back to ancient Stoicism and Epicurism; a thread of reflection about the general structure of causality, about the role of possibility in the dialectics of chance and necessity, and about the dependence of the results of an observation on the position of the observer.

Likewise, the remarkable renewal of post-modern reflection about chance in the history of science (Hacking 1975, Daston 1988, Ekeland 1984), in philosophy (Rosset 1977 et 1978, Rorty 1989, Badiou 1988, Meillassoux 2006) has been extended in the literary field (Vogt 2011, Lyons 2011) and in the visual arts (Desban 2009) by new theories about the place of literary representations in the evolution of our perceptions of contingency.

This academic interest appears linked to, and often prompted by, the growing demands of civil society and its institutions on researchers in the humanities, especially since 2001. The social sciences are expected to provide intellectual tools that predict, foretell, envision and thus control a future that is on the whole considered as menacing. This need for predictions first arose from the emergence of probability (Hacking 2006), which provided tools capable of transforming uncertainty into calculable risk; from the eighteenth century, it is of course most closely tied to the so-called hard sciences. Today, however, social scientists are also expected to devise calculation about the fundamentally random element of complex representations, institutions and human behaviors (Dupuy 2002). They are supposed to define the predictable or unpredictable nature of a phenomenon, the probable or improbable consequences of such and such a decision or individual or collective behavior and to evaluate, of course, the moral stakes of these choices.

These demands for the calculation of risk and contingency, however, face an obstacle. It is necessary to simplify concrete representations of chance (and their reception) when they serve as models to philosophers, cognitive psychologists or sociologists. This problem is particularly striking when the arts are concerned, especially literature. It is necessary to simplify the works of Boccaccio, Shakespeare, Zola or Borges in order to discuss them as examples of social determinism, providential causality or the illusory nature of an apparent sequence of causes. Furthermore, the complex pragmatic mechanism of their reception must be reduced to an equally simple and/or direct perception of the fictional situation presented as being “natural”, and the comic, pathetic or tragic force of the literary presentations of chance are affected as well by this modelization.

The complex poiesis of these representations, the vast and diverse reactions of belief, persuasion, emulation, aspiration, desire or rejection that they give rise to as they pass through the imagination of societies are universally recognized. The starting hypothesis for the ALEA project (“Figures of Chance I & II”) is that the very thickness of meanings and the complexity of texts and of their cultural perceptions, whose analysis is the responsibility of literary criticism and theory, are a privileged site for the study of the subjective constitution of chance.

This complexity appears essential to the understanding of the aesthetical dimension of randomness, insofar as it brings about the transformation of contingency (i.e. the structure of the real) into chance (i.e. this structure as it is perceived, simulated or represented). The ALEA project aims to explore the intricate web of significations, desires and expectations that underlie the literary representations of chance (be they narratological, scenic, poetic or fictional) in order to reinsert those representations into a global phenomenology of contingency.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.