J. Pier : « Le hasard sous l’angle des sciences de la complexité / Chance from the Perspective of the Complexity Sciences »


John Pier, « Le hasard sous l’angle des sciences de la complexité / Chance from the Perspective of the Complexity Sciences » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/2270>

La complexité habite le monde et informe l’homo sapiens.

Les sciences de la complexité, nées des mathématiques et des sciences au XIXe siècle, ont connu une expansion fulgurante depuis le milieu du siècle dernier, nourries d’une suite d’évolutions dans la cybernétique, les sciences de l’information, la théorie des systèmes, les sciences du vivant, la thermodynamique, mais aussi dans les sciences sociales, les sciences cognitives et, plus récemment, les domaines culturels. Les sciences de la complexité ne représentent pas une discipline en soi, mais plutôt une fédération ad hoc de problématiques définies selon le champ d’application. Les phénomènes complexes, qui résistent à la réduction à des unités de plus en plus petites, sont caractérisés notamment par l’interdépendance et l’interaction non-linéaire de leurs éléments, des structures qui existent à plusieurs niveaux, le jeu entre le chaos et l’ordre, les bifurcations, l’émergence, l’auto-organisation, le manque de contrôle centralisé.

Quel rôle le hasard joue-t-il dans les systèmes complexes ?

Le mot « hasard » intervient typiquement dans quatre sens :

  1. casus : contingence, événement imprévu, (im)probabilité ;
  2. fors : destin ; déterminisme / libre arbitre ;
  3. fortuna : théodicée, personnification du hasard ;
  4. alea : aléatoire, l’imprévisible du hasard1.

Les sciences de la complexité, séculaires, n’abordent pas la question du hasard en ces termes, et à vrai dire, le hasard tel quel n’est pas thématisé par ces sciences. Seuls 1) casus et 4) alea sont concernés (anglais : chance et randomness).

Dans les environnements complexes, le hasard est pris dans des relations entre des facteurs co-existants de plusieurs ordres : le réversible (le mouvement de la pendule) contre l’irréversible (les réactions chimiques), d’une part, et le déterministe (contrôle du haut vers le bas) contre le stochastique (probabilité aléatoire), d’autre part2. Il s’ensuit que les phénomènes complexes, produits de forces à plusieurs échelles opérant de façon non-linéaire, sont des phénomènes instables qui basculent en permanence entre des conditions de quasi-équilibre et des conditions loin d’équilibre. Le hasard intervient lorsqu’un système, poussé « au-delà du seuil de stabilité », proche de la désintégration et atteignant « le bord du chaos », « bifurque » vers un nouvel état, un nouvel équilibre, donc un ordre implicite mais imprévisible. Les bifurcations, points à partir duquel un nouvel ordre devient possible, surgissent de manière aléatoire et « cassent » les équilibres, traduisant une différentiation intrinsèque entre les parties d’un système et le système lui-même, d’une part, et l’environnement du système, d’autre part (p. 74). Opérant de manière irréversible (cf. « la flèche du temps »), les bifurcations (à ne pas confondre avec les relations binaires, qui sont réversibles) provoquent des « structures dissipatives » qui ne sont pas déterminées par le système : « la dissipation d’énergie et de matière – généralement associée aux idées de perte de rendement et d’évolution vers le désordre – devient, loin de l’équilibre, source d’ordre ; la dissipation est à l’origine de ce qu’on peut bien appeler de nouveaux états de la matière3”. Bifurcations et structures dissipatives – voici donc deux manières dont le hasard, sous une autre guise, participe aux phénomènes complexes.

De tels faits sont loin d’être la seule réserve des sciences de la nature ou des sciences sociales. En quittant l’hôpital suite à un long séjour pour cause d’une maladie grave, le patient, guéri, est fauché par une voiture en traversant la rue. Dans Roméo et Juliette, le Frère Laurence envoie le Frère Jean à Mantoue afin d’avertir Roméo que Juliette, supposée morte, ne l’est pas en réalité ; empêché de quitter Vérone à cause d’une quarantaine, Jean n’arrive pas à sa destination, avec toutes les conséquences que l’on connaît. Le hasard s’affirme depuis toujours comme ressource inépuisable de la représentation dans les objets culturels, qu’ils soient artistiques ou autres.

Mais il existe d’autres modalités du hasard dès qu’il est vu par le prisme de la complexité : la constitution et l’organisation mêmes de l’objet culturel. Un coup de dés de Mallarmé ou Mobile de Butor en témoignent, mais on peut évoquer également les effets de l’interactivité rendus possibles par les nouvelles technologies, la musique de John Cage, ou encore l’épopée homérique, les tapisseries de Bayonne, la Comédie humaine de Balzac ou Matrix.

Le récit, grâce à son caractère multiforme impliquant la quasi-totalité de la vie sociale de l’homo sapiens, représente un objet privilégié pour la théorie de la complexité. À ce titre, le récit peut être considéré comme un système complexe ou dynamique. Il est caractérisé par l’interaction forte et le feedback entre ses éléments, la causalité non-linéaire, les relations instables entre les conditions de quasi-équilibre et les conditions loin d’équilibre, les bifurcations, les structures dissipatives, l’émergence et l’auto-organisation. La narratologie, sous certaines de ses formes et dans la mesure où elle se penche sur ces problématiques, même avec l’emploi d’une autre terminologie et d’autres références conceptuelles, peut être considérée comme une science complexe.

L’engagement actif de la narratologie avec les questions liées à la complexité est récent, et les liens entre les deux domaines sont encore en train de se tisser. Deux ouvrages collectifs témoignent des tendances de ces recherches et des cadres théoriques qui se mettent progressivement en place : Narrating Complexity, publié sous la direction de Richard Walsh et Susan Stepney (Springer, 2018), et Narrative Complexity: Cognition, Embodiment, Evolution, publié sous la direction de Marina Grishakova et Maria Poulaki (University of Nebraska, 2019).

Comment réconcilier la complexité et la narration ? Telle est la question implicite posée par Narrating Complexity. Derrière cette question, pourtant, apparaît le problème de l’incommensurabilité des deux cadres de référence : « ce que la science des systèmes complexes nous montre sur la manière dont le monde marche, et la façon dont le récit impose des limites sur notre capacité à saisir cette information cognitivement » (p. 6). Le feedback, l’émergence, la nature relationnelle entre les parties, les bifurcations, etc. seraient autant d’obstacles aux modes descriptif et narratif de la représentation et de la compréhension. Les éditeurs observent que si la logique fondamentale du récit est hostile à la complexité, son articulation sémiotique, elle, pousse le récepteur vers une négociation avec la complexité des systèmes sémiotiques. C’est ainsi que la complexité narrative se heurte au récit comme mode privilégié de la communication, direct et accessible à tous, même dans des récits jugés comme conventionnels. Le conflit entre simplicité et complexité est rendu perceptible dans les récits qui affichent leur exploration de la complexité (on pourrait évoquer Don Quichotte, entre autres) ou dans les modes de narrativité hybride comme les média interactifs, par exemple. Un des thèmes sous-jacents de l’ouvrage est la contingence – pas le hasard proprement dit, mais ce qui est soumis au hasard. La nature fondamentalement séquentielle du récit fait que ni la causalité, ni l’événement, ni l’action ne définissent à eux seuls récit, mais figurent parmi les produits ou les effets du récit comme mode cognitif de la création et son interprétation. Les éditeurs de Narrating Complexity prônent, finalement, une rencontre interdisciplinaire entre la narrativité et la complexité plutôt qu’une synthèse ou la conciliation de savoirs4.

Narrative Complexity, comme l’indique son titre et son sous-titre, postule une intégration du narratif et du complexe. « La complexité est inhérente à la cognition humaine et aux outils employés par les humains dans le but de changer leurs environnements sociaux et technologiques » (p. 1). Les éditrices insistent, avec Edgar Morin, sur le « besoin de la pensée complexe » face à la complexité de la société. L’ouvrage vise à établir des « études narratives de la complexité et [à] explorer la spécificité de la complexité narrative en termes d’engagement mutuel du corps et de l’esprit et d’ancrage (embeddedness) dans les pratiques sociales et culturelles » (p. 1-2). La représentation narrative, selon cette interprétation, n’est pas à considérer comme réduction de la complexité de l’environnement. Au contraire, ce qui caractérise la complexité narrative, c’est sa double perspective : 1) la représentation narrative et l’esprit incarné (embodied mind) : l’engagement de l’esprit et du corps par l’intermédiaire de la perception, la mémoire, l’émotion, l’affect dans la production et le traitement du récit ; 2) la représentation narrative et son environnement : media affordances (possibilités narratives spécifiques offertes par chaque support), circulation et récits partagés, distribués, émergents et multimodaux (p. 13). Grâce à cette configuration, la complexité narrative met l’accent sur l’interaction entre la complexité agentive et la dynamique systémique. C’est au niveau de l’émergence que le hasard se manifeste sous l’effet de l’aléatoire et de l’irrégularité, du prévisible et de l’imprévisible, de l’intentionnel et du non-intentionnel.

Vu sous l’angle des sciences de la complexité, le récit révèle ainsi plusieurs faces du hasard, conditionnées par les différents facteurs qui contribuent au phénomène complexe.

1 Voir Sébastien Wit, Figures du hasard, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 18.

2 Voir Grégoire Nicolis et Ilya Prigogine, Exploring Complexity, New York, W. H. Freeman and Company, 1989, p. 2.

3 Ilya Prigogine et Isabelle Stengers, La nouvelle alliance. Métamorphose de la science, Paris, Gallimard, 1979, p. 216.

4 Pour un exposé systématique sur la nature problématique des relations entre les systèmes narratif et complexe, voir Walsh, « Narrative Theory for Complexity Scientists », in Narrating Complexity, op. cit., p. 11-25.


Complexity inhabits the world and informs homo sapiens.

The complexity sciences, born out of mathematics and science during the nineteenth century, have expanded considerably since the middle of the last century in the wake of developments in cybernetics, the information sciences, systems theory, the life sciences and thermodynamics, but also in the social sciences, the cognitive sciences and, more recently, the cultural domains. The complexity sciences are not a discipline in their own right but rather an ad hoc federation of sciences defined according to the field of application. Complex phenomena, which resist any reduction to smaller and smaller units, are characterized, inter alia, by interdependence and nonlinear interaction of their elements, structures at multiple levels, play between chaos and order, bifurcations, emergence, self-organization, lack of centralized control.

Now, what is the role of chance in complex systems?

It is notable that in French the word for chance – le hasard – is fourfold in meaning:

  1. casus: contingency, unforeseen event, (im)probability;
  2. fors: destiny; determinism/free will;
  3. fortuna: theodicy, personification of chance;
  4. alea: randomness, unpredictability.i

It is equally notable that the complexity sciences, being secular, do not approach chance in these terms. Indeed, chance as such is not even thematized by these sciences. Only 1) casus and 4) alea are concerned.

In complex environments, chance is mixed in among relations between principles of different kinds: reversibility (movement of a pendulum) versus irreversibility (chemical reactions), on the one hand, and determinist (top-down control) versus stochastic (random probability), on the other hand.ii It follows that complex phenomena, since they are the products of forces that exist at several levels operating nonlinearly, are instable, fluctuating permanently between near equilibrium conditions and far-from-equilibrium conditions. Chance arises when a system, pushed “beyond the threshold of stability,” close to disintegration and reaching “the edge of chaos,” “bifurcates” toward a new state, a new equilibrium, hence toward an implicit but unpredictable order. Bifurcations, points from which a new order becomes possible, crop up randomly and “break” equilibria, underscoring the intrinsic differentiation between the parts of the system and the system itself, on the one hand, and the system and its environment, on the other hand (p. 74). Operating in an irreversible manner (cf. “the arrow of time”), bifurcations (not to be confused with binary relations, which are reversible) trigger “dissipative structures,” that is, structures which are not determined by the system: “The interaction of a system with the outside world, its embedding in nonequilibrium conditions, may become in this way the starting point for the formation of new dynamic states of matter – dissipative structures.”iii Bifurcations and dissipative structures – here, then, are two ways in which chance, in another guise, enters into complex phenomena.

Such phenomena are far from being the sole reserve of the sciences of nature and the social sciences. Leaving the hospital after a long stay due to a serious illness, a patient, fully cured, is run over by a car as he crosses the street. In Romeo and Juliet, Friar Lawrence sends Friar John to Mantua to inform Romeo that Juliet, supposed dead, is not dead in reality; prevented from leaving Verona due to a quarantine, John is not able to reach his destination, with all the well-known consequences. Chance has long proved to be an inexhaustible source of representation in cultural objects of all kinds, be they artistic or otherwise.

However, other modalities of chance can be found to exist once chance is looked at through the prism of complexity: the very constitution and organization of the cultural object. Mallarmé’s Un coup de dés n’abolira jamais le hasard or Butor’s Mobile are evidence of this, but one can think also of the effects of interactivity made possible by the new technologies, the music of John Cage, the Homeric epic, the Bayonne tapestries, Balzac’s voluminous novel cycle la Comédie humaine or Matrix.

Narrative, thanks to its multiform nature and permeating the near totality of the social life of homo sapiens, stands as a privileged object for the theory of complexity. On this basis, narrative can be considered a complex or dynamical system. As a complex phenomenon, narrative is characterized by strong interaction and feedback between its elements, nonlinear causality, unstable relations between near equilibrium conditions and far-from-equilibrium conditions, bifurcations, dissipative structures, emergence and self-organization. Narratology, in some of its forms and to the extent that it digs into these matters, even when adopting another terminology and other conceptual references, can be regarded as a complexity science.

Active engagement of narratology with these questions bearing on complexity is fairly recent, and the links between the two domains are still in the process of being worked out. Two collective works bear witness to the tendencies of this research and to the theoretical frameworks that are progressively coming into focus: Narrating Complexity, edited by Richard Walsh and Susan Stepney (Springer, 2018), and Narrative Complexity: Cognition, Embodiment, Evolution, edited by Marina Grishakova and Maria Poulaki (University of Nebraska, 2019).

How can complexity and narration be reconciled? Such is the question implicitly posed by Narrating Complexity. Behind this question, however, appears the problem of incommensurability between two frameworks of reference: “what complex systems science shows us about how the world works, and the way narrative sets limits upon our ability to cognitively grasp that information” (p. 6). Feedback, emergence, the relationality between parts, bifurcations, etc. are so many obstacles to the descriptive and narrative modes of representation and understanding. The editors observe that while the fundamental logic of narrative is hostile to narrative, its semiotic articulation pushes the receptor toward negotiating with the complexity of semiotic systems. It is thus that narrative complexity clashes with narrative as a privileged mode of communication, direct and accessible to all, and it does so even in narratives judged to be conventional. The conflict between simplicity and complexity is made perceptible in narratives that exhibit their exploration of complexity (Don Quixote comes to mind here) or in hybrid modes of narrativity such as interactive media, for example. One of the underlying themes of the book is contingency – not chance properly speaking, but whatever is submitted to chance. The fundamentally sequential nature of narrative means that neither causation, event or action alone are definitional of narrative but are included among the products or effects of narrative as a cognitive mode of creation and interpretation. In the end, the editors of Narrating Complexity plead in favor of an interdisciplinary meeting of narrativity and complexity rather than a synthesis or the consilience of knowledge.iv

Narrative Complexity, as suggested by its title and subtitle, postulates integration of the narrative and the complex. “Complexity inheres in human cognition and the tools that humans use to change their social and technological environments” (p. 1). In a society faced with complexity, the editors stress, with Edgar Morin, the “need for complex thought.” The book seeks to establish “narrative studies of complexity and [to] explore how narrative complexity differs in terms of mind and body engagement and embeddedness in social and cultural practices” (pp. 1-2). According to this interpretation, narrative representation is not to be regarded as a reduction of the complexity of the environment. On the contrary, what characterizes narrative complexity is its double perspective:

  1. narrative representation and embodied mind: the engagement of mind and body through perception, memory, emotion and affect in the production and processing of narrative;
  2. narrative representation and environments: media affordances, circulation and shared, distributed, emerging and multimodal narratives (p. 13).

Under the terms of this configuration, narrative complexity bears witness to the interaction between agentive complexity and systemic dynamics. It is particularly at the level of emergence that chance stands out under the effect of randomness and irregularity, the predictable and the unpredictable, the intentional and the unintentional.

From the perspective of the complexity sciences, narrative reveals several faces of chance conditioned by factors that contribute to the formation of complex phenomenon.

i See Sébastien Wit, Figures du hasard (Rennes: Presses universitaires de Rennes), 2019, p. 18.

ii See Grégoire Nicolis and Ilya Prigogine, Exploring Complexity (New York: W. H. Freeman and Company), 1989, p. 2.

iii Ilya Prigogine and Isabelle Stengers, Order Out of Chaos: Man’s New Dialogue with Nature (London: Flamingo), 1985 [1984], p. 143.

iv For a systematic summary of the problematic nature of the relations between narrative and complex systems, see Walsh, “Narrative Theory for Complexity Scientists,” in Narrating Complexity, op. cit., pp. 11-25.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/02/2020

    […] Fiona McIntosh-Varjabédian, “Désordre et/ou téléologie ?” in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/2270&gt; […]