D. Follett : « Ontologie et esthétique du hasard / Ontology and Aesthetics of Chance »


Danielle Follett, « Ontologie et esthétique du hasard / Ontology and Aesthetics of Chance » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/1765>

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à l’apparition de diverses interprétations du hasard comme facteur objectif des événements, irréductible à l’expérience subjective, par exemple dans la pensée de Charles Darwin, Charles Sanders Peirce, William James, Friedrich Nietzsche ou Stéphane Mallarmé. Ce tournant épicurien s’est opposé au déterminisme stoïque, qu’il soit scientifique, métaphysique ou les deux, qui a prévalu pendant une grande partie du siècle. Mes recherches portent sur l’histoire de ce tournant, notamment dans la sphère anglo-américaine. Je cherche notamment à comprendre l’indéterminisme des premiers pragmatiques, Charles Sanders Peirce et William James, et à explorer les racines de leur adoption d’une ontologie du hasard, qu’ils ont appelée « tychisme ». Ils ont été influencés non seulement par Darwin et l’épicurisme, mais aussi par des préoccupations métaphysiques telles que la préservation de la liberté d’action contre le déterminisme scientifique et métaphysique de leur temps. J’étudie également les relations de la métaphysique de Peirce avec la tradition idéaliste ; il nomme explicitement Schelling et Emerson comme ses prédécesseurs.

L’esthétique et la poétique du hasard aux XIXe et XXe siècles constituent le deuxième aspect de mes recherches sur le hasard. L’étude des méthodes aléatoires en esthétique et en poétique m’intéresse plus que les thématiques du hasard en art ou en littérature. Le hasard esthétique peut être défini comme l’utilisation avérée de l’inadvertance dans la création, ou l’invitation consciente à des éléments incontrôlés dans une œuvre. L’intérêt philosophique réside dans le jeu du hasard et de l’agentivité humaine dans la création de l’œuvre. Bien que l’artiste ou l’écrivain invite le hasard comme agent dans la composition de l’œuvre, il ou elle n’abdique pas entièrement sa propre agentivité ; une partie de l’agentivité artistique est simplement déplacée ou déléguée au hasard. L’artiste crée activement un dispositif et applique un apport dynamique et imprévisible. En déplaçant l’agentivité humaine d’un degré, un espace est créé dans lequel d’autres agentivités imprévisibles sont autorisées à agir et à être perçues.


In the second half of the nineteenth century, we can witness the appearance of various interpretations of chance as an objective factor in events, irreducible to subjective experience: for example, in the thought of Charles Darwin, Charles Sanders Peirce, William James, Friedrich Nietzsche, Stéphane Mallarmé. This epicurean turn contrasted with the stoic determinism, whether scientific, metaphysical or both, that held sway for much of the century. My research investigates the history of this shift, particularly in the Anglo-American sphere. I am especially interested in understanding the indeterminism of the first pragmatists, Charles Sanders Peirce and William James, and exploring the roots of their adoption of an ontology of chance, which they called « tychism ». They were influenced not only by Darwin and epicureanism, but also by metaphysical concerns such as preserving free agency against the scientific and metaphysical determinism of their time. I am also studying the relations of Peirce’s metaphysics with the idealist tradition; he explicitly names Schelling and Emerson as predecessors.

The aesthetics and poetics of chance in the 19th and 20th centuries is the second aspect of my research on chance. The study of random methods in aesthetics and poetics interests me more than the theme of chance in art or literature. Aesthetic chance can be defined as the advertent use of inadvertence in creative activity, or the conscious invitation to uncontrolled elements in a work. The philosophical interest lies in the play between chance and human agency in the creation of the work. Although the artist or writer invites chance as an agent in the composition of the work, he or she does not entirely abdicate his or her own agency; part of the artistic agency is simply displaced or delegated to chance. The artist actively creates a framework and applies a dynamic and unpredictable input. By removing human agency by one degree, a space is created in which other unpredictable agencies are allowed to act and be perceived.


Vous aimerez aussi...