C. Esmein-Sarrazin : « Un hasard trop bien arrangé / Excessively Neat Chance »


Camille Esmein-Sarrazin, « Un hasard trop bien arrangé / Excessively Neat Chance » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/1685>

Mon domaine de recherche est la poétique romanesque du XVIIe siècle, et la question du hasard est présente dans la réflexion à propos de cette poétique sous plusieurs biais :

  1. La question du hasard trop bien arrangé : la critique de la poétique romanesque, durant tout le siècle et pas seulement jusque 1660, s’en prend surtout au caractère topique de la construction. Cette critique se trouve relayée ultérieurement par un autre type d’accusation, assez fréquent dans les dernières décennies du siècle, notamment chez Du Plaisir (Sentiments sur l’histoire, 1683), faisant du romancier un « maître du jeu » qui gouverne la diégèse et fait peu de cas de la vraisemblance, des bienséances et surtout des attentes du lecteur. La poétique de la fin du siècle refuse ce genre de construction. La présence du duc de Nemours lors de l’aveu de la princesse de Clèves à son mari fait partie de ces « hasards trop bien arrangés » que Valincour, Du Plaisir, Bussy-Rabutin ou encore Fontenelle relèvent.
  2. La notion d’aventure, très présente, me semble un point central de la poétique, et ce tout au long du siècle. La multiplicité des aventures peut avoir pour fonction de rendre compte de la diversité du réel, c’est le cas dans les romans du début du siècle, comme L’Astrée d’Honoré d’Urfé (1607-1627), dont le sous-titre annonce le projet : « Où par plusieurs Histoires, et sous personnes de Bergers, et d’autres, sont deduits les divers effects de l’honneste Amitié ». Cette poétique de la diversité peut être commandée par la volonté d’exemplarité, ou y conduire. C’est ce que semble indiquer un autre sous-titre de roman de la même période : « Où par mille beaux et rares accidents, il se voit que les variables hasards de la Fortune ne peuvent rien sur la constance de l’Amour » (Corbin, Les Amours de Philocaste, 1601). Certaines « aventures » peuvent être condamnées dans des textes postérieurs à 1660, parce que trop romanesques : on juge que ces aventures relèvent de la poétique du roman héroïque, et non de celle du « petit roman » ou de la nouvelle historique désormais à l’honneur. C’est le cas par exemple de la scène de la rencontre entre la princesse et le duc de Guise dans La Princesse de Montpensier : l’apparition de la princesse aux yeux du duc, sur l’eau, entourée de belles personnes et chargées d’atours a quelque chose de féerique.
  3. Enfin, la question de la fortune est un élément central dans les récits de la première partie du siècle, mais également critiqué dès cette période par les auteurs de romans comiques. Sorel, Scarron et Furetière n’ont en effet de cesse d’en souligner le rôle central dans les romans héroïques.
  4. La question du jeu est importante également. Il s’agit d’un élément revendiqué par certains romanciers (Furetière, Sorel), qui indiquent que si leur récit est écrit d’une certaine manière, il pourrait en être autrement. Cette question réunit une réflexion sur le rôle de la Fortune et sur la contingence. La paternité de Cervantès est certainement centrale à cet égard. Cet élément est repris par Sorel, dans une veine critique et romanesque à la fois, dans son Berger extravagant.

L’évolution du genre narratif au cours du XVIIe siècle fait donc apparaître la volonté de contenir une fortune, une contingence et un hasard dans les bornes de la raison et de la vraisemblance après 1660, là où on donnait assez libre cours à ces éléments auparavant, par la diversité des cas traités. Il s’agit de remplacer la fortune et le hasard (plus rarement nommé dans les textes romanesques et théoriques) par la vérité et surtout par le naturel des situations.


My research is focused on the poetics of the adventure novel of the 17th century. In my reflections on this field of research, the question of chance appears in several ways:

  1. The question of “excessively neat” chance: throughout the entire 17th century, and not only until 1660, criticism of adventure stories is mostly directed at the topical nature of their construction. This criticism later gave way to another accusation that was quite frequent in the last decades of the century, especially against Du Plaisir (Sentiments sur l’histoire, 1683), according to which the novelist was a “master of the game” who governed the diegesis and payed insufficient attention to the questions of plausibility, decorum and most importantly the expectations of the reader. The poetics at the end of the century refuse this kind of construction. The presence of the Duke of Nemours during the confession of the Princess of Clèves to her husband is a case of “excessively neat chance” that Valincour, Du Plaisir, Bussy-Rabutin and Fontenelle bring attention to.
  2. The omnipresent notion of adventure strikes me as a central point of these poetics throughout the century. At times the multiplicity of adventures is a way to account for the diversity of reality, such as is the case in the novels at the beginning of the century, like d’Honoré d’Urfé’s novel L’Astrée (1607-1627), whose subtitle announces the project: “In which the Diverse Effects of Friendship are Deduced from the Lives of Shephards and Others, in Several Stories”. These poetics of diversity can be commanded by the desire for exemplarity, or lead to it, as suggested by another subtitle of a novel from the same period: “In which the Test of Thousand Beautiful and Rare Accidents Demonstrate that the Random Chance of Fortune Can Do Nothing in the Face of Love’s Constancy” (Corbin, Les Amours de Philocaste, 1601). Certain “adventures” are condemned in texts after 1660 because they are too fantastical: these adventures are considered to derive from the poetics of the heroic novel, and not from those of the “little novel” or the historical short story then in vogue. This is the case, for example, of the scene of the meeting between the princess and the Duke of Guise in La Princesse de Montpensier: there’s something magical about the appearance of the princess in the eyes of the duke, on the water, in all her finery and surrounded by beautiful people.
  3. The question of fortune is a central element in the stories from the first part of the century, but is also criticized by the authors of comic novels from this same period. Sorel, Scarron and Furetière have in fact constantly emphasized its central role in heroic novels.
  4. The question of playing is also important. This is something claimed by certain novelists (Furetière, Sorel), who indicate that although their story is written in a certain way, it could have been otherwise. This question connects the role of Fortune together with that of contingency. Cervantes’ authorship is certainly central in this regard. Sorel takes up this element in both a critical and romantic vein in his work Le Berger extravagant.

The evolution of the narrative genre in the 17th century thus reveals the desire to contain fortune, contingency and chance within the limits of reason and plausibility beyond 1660, whereas these elements were given free rein before then through a diversity of their treatment. It is a question of replacing fortune and chance (rarely referred to as such in novels and theoretical texts of the period) with the truth and especially by the naturalness of situations.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search