C. Vogel : « Le hasard comme principe à la fois perturbateur et créateur dans la poésie, la prose et la pensée de Paul Valéry / Chance as both a disruptive and creative principle in Paul Valéry’s poetry, prose and thought »


Christina Vogel, « Le hasard comme principe à la fois perturbateur et créateur dans la poésie, la prose et la pensée de Paul Valéry / Chance as both a disruptive and creative principle in Paul Valéry’s poetry, prose and thought » in Réseau ALEA / ALEA Network [online], 2020 <https://hasard.hypotheses.org/1180>

Dans le sillage de Mallarmé, Valéry tente d’exclure le hasard de ses premières productions poétiques et, parallèlement, de le maîtriser comme partie intégrante de son « Système », élaboré en vue de concevoir « le fonctionnement d’ensemble de l’être humain » (Cahiers, II, 770). Or, assez vite, il est conduit à considérer le hasard sous un nouveau rapport, reconnaissant que le hasard joue un rôle capital dans la vie et qu’il est un autre nom pour dire « la multiplicité des valences de l’homme et des choses » (Cahiers, VIII, 549). Dès lors, il ne s’agit plus d’annuler ou de « vaincre » le hasard mais, au contraire, de le comprendre comme un pouvoir potentiel, lié à la plurifonctionnalité de tous les phénomènes ; au lieu d’être jugé comme impuissance ou limitation, le hasard devient une notion exprimant la puissance des possibilités. Quoique Valéry ne cesse d’inscrire et d’organiser le hasard dans un réseau de catégories conceptuelles (hasard vs. attention, p. ex.), il appellera de ce nom la condition de possibilité de découvrir des domaines encore ignorés et de transgresser les limites de nos savoirs et pouvoirs. Cependant, pour Valéry, le hasard n’est pas seulement une catégorie de pensée ; il informe aussi les écrits poétiques, dramatiques et narratifs de celui qui, après la crise de 1892 (la fameuse Nuit de Gênes) et la méfiance à l’égard de la littérature, commence à multiplier les projets d’écriture – souvent restés à l’état d’ébauches. Poésie en prose, Histoires brisées, « l’Isle sans nom » : les divers chantiers, où Valéry s’engage, témoignent du fait qu’il n’accepte pas simplement le hasard, mais qu’au lieu de le bannir ou de le contrôler, il essaie de le provoquer, de le maintenir en tant que sphère des possibles. S’intéressant de plus en plus à l’acte créateur, au faire, Valéry nomme hasard la totalité de ce qui est en puissance ; les créations poétiques, les représentations dramatiques et les histoires narrées manifestent donc des parties de ce tout ; éléments fragmentaires d’un processus inachevé, elles signifient le tout, en suggérant indirectement l’ensemble des possibles. L’Homme tout nu ou L’Homme tout neuf : c’est ainsi que Valéry désigne, entre autres, des figures littéraires censées représenter son idéal esthétique : parvenir à concevoir celui ou ce qui est Rien et, donc, encore Tout, un Tout potentiel ; suspendre indéfiniment le passage à l’acte, la réalisation d’un Tel particulier (cf. Franz Johansson et Benedetta Zaccarello (dir.), « L’Isle sans nom, un projet dramatique inédit de Paul Valéry », La Revue des lettres modernes, série Valéry, 14, 2018).

Problématiques et questions directrices

La question qui se pose est celle de savoir comment dire, évoquer, raconter, figurer concrètement le hasard conçu dans l’abstraction ? Est-il dicible dans sa potentialité totale ? Quel langage, quelle forme ou mode d’expression réussit à le signifier sans le nier, sans le défigurer, sans le réduire à une manifestation partielle, réductrice et simplificatrice ? Comment transformer le contingent en un instrument de créativité en évitant l’anything goes ? La nature performative, procédurale, inachevée, qui caractérise maintes pratiques artistiques et théories esthétiques au XXe siècle, se comprend-elle comme la tentative à la fois d’explorer et d’exploiter les « Möglichkeitsspielräume » (Michael Hampe, 2007) ouverts par la rencontre de l’aléatoire ?

Méthode

Une approche interdisciplinaire nous paraît s’imposer, prenant en considération, confrontant et échangeant les différentes conceptions et multiples représentations du « hasard », élaborées par des discours littéraires, philosophiques, scientifiques.


In Mallarmé’s wake, Valéry tries to exclude chance from his first poetic productions but also to master it by integrating it into his “System,” which he develops as a conception “the overall functioning of the human being” (Cahiers, II, 770). However, quite quickly, he is led to consider chance in a new light, recognizing that it plays crucial role in life and that it is in fact another way to say “the multiplicity of the valences of man and things”(Cahiers, VIII, 549). Consequently, it is no longer a question of canceling or « overcoming » chance but rather of understanding it as a potential power linked to the multifunctionality of all phenomena. Instead of judging it as a form of impotence or as a limitation, chance becomes a notion that expresses potential and possibility. Although Valéry never stops inscribing and organizing chance within a network of conceptual categories (chance vs. attention, for example), he designates it as the condition of possibility for the discovery of areas still ignored and for the transgression of the limits of our powers and forms of knowledge. However, for Valéry, chance is not only a category of thought; it also informs his poetic, dramatic and narrative writings, especially after the crisis of 1892 (the famous “turning point” in Geneva) which lead to his distrust of literature and to a multiplication of (often incomplete) writing projects. Prose poetry, Histoires brisées, “The nameless Isle” are so many of Valéry’s projects that bear witness to the fact that, rather than simply accepting chance, and rather than banishing or controlling it, he tries to provoke and maintain it as a sphere of possibilities. As he becomes increasingly interested in the creative act, in doing, Valéry designates “chance” as the name for the totality of potential, of what is in the making. Poetic creations, dramatic representations and narrated stories therefore manifest parts of this whole. As fragmentary elements of an unfinished process, they signify the whole, indirectly suggesting the entirety of possibilities. L’Homme tout nu or L’Homme tout neuf are Valéry’s way of designating, among other things, the literary figures supposed to represent his aesthetic ideal: to succeed in conceiving that which is Nothing and, therefore, Everything, a Whole potential; to indefinitely suspend the realization, the “acting out,” of this or that particular (cf. Franz Johansson and Benedetta Zaccarello (dir.), “L’Isle sans nom, un projet dramatique inédit de Paul Valéry”, La Revue des lettres modernes, série Valéry, 14, 2018).

Issues and guiding questions

The question raised is how to say, evoke, relate, and concretely represent chance, which is conceived in abstract terms? Is it expressible in its total potentiality? What language, what form or mode of expression succeeds in signifying it without denying it, without disfiguring it, without reducing it to a partial, reductive and simplified manifestation? How to transform the contingent into an instrument of creativity while avoiding an attitude of “anything goes”? Is the performative, procedural and unfinished nature that characterizes many artistic practices and aesthetic theories in the twentieth century understood as the attempt to both explore and exploit the “Möglichkeitsspielräume” (Michael Hampe, 2007) that are opened up by an encounter with randomness?

Method

An interdisciplinary approach appears to be essential so that we can take into consideration and allow a confrontation and exchange between the different conceptions and multiple representations of “chance” as developed by literary, philosophical, scientific discourses.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search